Les parisiens votent pour tripler le coût du stationnement des VUS dans le but de lutter contre la pollution de l’air et le changement climatique en ciblant les conducteurs riches de voitures lourdes, grandes et polluantes.

Dimanche dernier, un référendum a eu lieu à Paris où 54,6 % des votants étaient en faveur des frais de stationnement spéciaux pour les VUS, selon les résultats provisoires. Néanmoins, la participation, à environ 5,7 % des électeurs inscrits à Paris, était plus faible que ce que les militants écologistes avaient espéré.

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré que les parisiens avaient fait un choix clair en faveur de la sécurité routière et de la lutte contre la pollution. Elle avait déjà décrit l’augmentation des tarifs de stationnement comme une forme de justice sociale visant à cibler délibérément les conducteurs les plus riches de voitures chères, lourdes et polluantes.

  • Le coût du stationnement pour un SUV ou 4×4 augmentera à 18 € l’heure au centre de Paris et à 12 € l’heure dans le reste de la ville.
  • Les véhicules pesant plus de 1,6 tonne avec un moteur à combustion ou hybride, ainsi que plus de 2 tonnes pour les véhicules électriques, seront concernés.
  • La taxe ne s’appliquera pas au parking des résidents de Paris.

D’après Tony Renucci, directeur du groupe de campagne pour la qualité de l’air, le vote est une victoire pour la qualité de vie des parisiens. Emmanuel Grégoire, adjoint au maire de Paris, a également affirmé que les SUV sont un désastre environnemental.

La ville de Paris a déjà augmenté les coûts de stationnement, interdit progressivement les véhicules diesel, et élargi le réseau de pistes cyclables dans la capitale. De plus, la ville a réduit le nombre de places de stationnement dans la rue pour inciter les conducteurs à utiliser les stationnements souterrains. Il y a eu une augmentation de 71 % de l’utilisation des vélos entre la fin des confinements liés à la Covid et 2023, selon la mairie.

David Belliard, adjoint au maire de Paris chargé des transports, a déclaré que environ 10 % des véhicules seraient touchés par les frais de stationnement plus élevés, qui pourraient rapporter jusqu’à 35 millions d’euros à la ville chaque année.

Cependant, le groupe de pression des automobilistes, 40 Millions d’Automobilistes, a contesté cette mesure en affirmant que les conducteurs devraient être libres de choisir le véhicule qu’ils veulent. De même, le ministre français de l’Environnement, Christophe Béchu, a qualifié la surtaxe des SUV de « punition environnementale » même s’il a encouragé les conducteurs à opter pour des véhicules plus légers.