Les controverses de beauté absurdes enflamment la France après le couronnement de Miss France 2023

En décembre, la Grande-Bretagne a des pantomimes et la France des controverses de beauté absurdes. La dernière en date, qui a éclaté sur les réseaux sociaux le week-end dernier, doit être l’une des plus bizarres vues depuis le début du concours Miss France, il y a 103 ans.

Eve Gilles, âgée de 20 ans, ancienne Miss Pas-de-Calais, a été couronnée Miss France samedi dernier. Mais ce n’est pas seulement sa victoire qui a fait les gros titres, mais ses cheveux courts. Choquant, non? Les critiques ont exprimé leur fureur en ligne qu’une femme de silhouette androgyne puisse remporter le concours et devenir, en apparence, la femme la plus belle de France. Certains ont dénoncé cela comme un exemple de diversité allant trop loin. Certains ont parlé de la victoire du wokéisme. Pardon?

La polémique a été en partie déclenchée par le fait que les juges ont annulé le vote du public, qui comptait pour 50% de la décision. Les premiers choix du public étaient les Miss Guyane française et Miss Guadeloupe aux cheveux longs. Ce scandale ridiculement exagéré montre l’amnésie et la myopie de certains de mes compatriotes. La féminité française a toujours été incroyablement variée. La beauté à la française a toujours été une ode à la diversité, un pot-pourri d’origines, un mélange d’apparences, de mesures, de courbes et de coupes de cheveux. Mais ce qui est tout aussi important, c’est que la beauté française n’a jamais été qu’une question d’apparences, mais aussi d’esprit, d’où son attrait universel.

  • La polémique autour de la victoire de Miss France 2023
  • La diversité de la beauté féminine en France
  • Exemples de différentes expressions de la féminité française à travers l’histoire