« J'accuse Philippot, Dupont-Aignan, Raoult, pas les non vaccinés » › Geeky News - 1

Il est ce qu’on appelle un « bon client », adepte du langage fleuri et encaissé, aussi bien sur les plateaux de télévision que sur les réseaux sociaux. Chef du service des urgences et du SMUR de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Mathias Wargon se bat contre les admirateurs de Didier Raoult, les anti-vaccins ou les « tranquilles ». Le mari de la sous-ministre du Logement n’échappe pas à ses habitudes dans cette interview. Pour L’Express, il revient sur les tensions autour de la question du vaccin, les critiques contre les médecins des médias ou l’idée qu’ils vivraient dans une « dictature sanitaire ».

L’Express. Vous êtes très présent sur Twitter, où l’on parle beaucoup, des vaccins, de la gravité de cette vague Omicron… Le climat est-il de plus en plus tendu sur ces questions ?

Mathias Wargon. A travers les réseaux sociaux, il est en effet très tendu. Mais ce sont les réseaux sociaux qui font ça. Et aussi la présentation de la science dans les médias, qui a été impliquée depuis le début. Les journalistes et experts qui s’expriment à la télévision savent très peu de choses sur la manière dont se fait la science, avec des doutes, des retards, des hypothèses, des consensus provisoires.

Offre limitée. 2 mois pour 1 € sans engagement

L’année dernière, l’émission Quotidien avait fait une coupe assez drôle, où tous les médecins se contredisaient. Mais si nous les avions tous mis dans la même pièce, la plupart d’entre eux – Raoult, Péronne et les gens d’entre eux – auraient dit à peu près la même chose. En fait, dans les grandes lignes, nous étions tous plus ou moins d’accord pour dire qu’il y avait un besoin de reconfinement face à la 3e vague. Les discussions que l’on pouvait avoir étaient ennuyeuses, et cela a introduit des doutes chez les journalistes, qui sont généralement plus littéraires que scientifiques.

Laurent Ruquier vient de faire une sortie très violente contre les médecins de la télévision qui, selon lui, « racontent conneries sur conneries ». Comprenez-vous ce genre de réaction ?

Les journalistes nous invitent, mais à la fin ils se rendent compte que nous volons le travail des commentateurs… Ce que la crise a montré, c’est que n’importe qui peut devenir chroniqueur. Je suis devenu chroniqueur, même si ce n’est pas mon métier, c’est mon hobby. Nous sommes aussi bons qu’eux, même si, en ce qui me concerne, j’essaie de ne pas trop m’écarter des problèmes médicaux. La télévision est la nouvelle cafétéria : « Offrez-moi une poire et donnez-moi votre avis sur n’importe quoi. Même s’il y a des nuances : j’adore aller en C dans les airs, par exemple. Là, c’est plutôt la soirée sociale, avec des interlocuteurs intelligents. C’est vraiment bien.

Un jour, Léa Salamé m’a demandé pourquoi les médecins venaient sur les plateaux. J’ai répondu que c’était très bon pour notre ego. Je pensais que personne ne m’inviterait à nouveau et, en fait, mon téléphone n’arrêtait pas de sonner. Mais ça reste un hobby : je regarde la télé tôt le matin ou tard le soir, quand j’ai fini mon travail. Et après tout, j’ai le droit d’aller parler de ce que je sais !

« Une ‘dictature de la santé’ ? Je n’ai pas l’impression qu’on nous écoute beaucoup… »

Que dites-vous à ceux qui se plaignent de vivre sous une dictature sanitaire ?

Nous sommes toujours en pleine pandémie ! Ce n’est pas une « guerre », mais c’est quelque chose de vraiment grand. Quand il y a un accident sur la route et que la route est bloquée, je ne dis pas que nous sommes dans une dictature des pompiers ! On demande leur avis aux médecins, on le donne. Mon travail consiste à dire que fumer est mauvais pour la santé et que le meilleur moyen de réduire la propagation du virus est de rester à la maison. Les médecins ne sont pas au pouvoir et, en plus, je n’ai pas l’impression qu’on nous écoute beaucoup. Le casque sur une moto, la ceinture de sécurité dans la voiture, est une atteinte à ma liberté. Mais c’est quand même la société qui paie si j’ai un accident, donc c’est normal qu’on m’impose des règles. La liberté est grande – quand vous êtes seul…

Toute cette virulence médiatique, ces gens qui se plaignent de cette supposée dictature sanitaire, cet épuisement assez général, cela a-t-il des conséquences pour vous, pour le fonctionnement de votre service ?

Quand on reçoit des menaces de mort, oui, ça nous touche beaucoup… Je suis allé chez Hanouna, dans un programme différent de celui qui fait face à Zemmour -grave erreur d’ailleurs- et, une semaine plus tard, j’ai tiré une enveloppe au travail et poudre à canon à la maison. Avec mon épouse Ministre, vous imaginez que c’était un peu compliqué à gérer, que la sécurité s’est renforcée.

Aux urgences, par contre, je ne vois pas de vrais anti-vaccins, ni de personnes virulentes. Plutôt des gens qui ne se font pas vacciner parce que ce n’était pas leur priorité, parce qu’ils avaient mieux à faire, ou qui avaient peur du vaccin, qui pensaient que l’épidémie allait passer, qui deviennent un peu une autruche. Cela me dérange, mais je ne les blâme pas. Ce sont les Philippot, Dupont-Aignan, Raoult… Ils savent ce qu’ils font. Ils disent sciemment des bêtises. Mais les patients, non, je ne les blâme pas. Avec dix ans d’études médicales, nous sommes prêts à recevoir tous les patients. Nous suspendons notre jugement lorsque nous guérissons. Ce qui ne veut pas dire qu’en dehors du travail je ne m’exaspère pas quand je pense à des patients à risque, mais pas vaccinés.

Comment jugez-vous la gestion par les autorités de la crise sanitaire ?

Franchement, la situation est vraiment compliquée, et je trouve que les pouvoirs publics ne s’en sont pas si mal tirés. Ils ont navigué à vue, avec des données souvent contradictoires, mais tous les autres partis, du moins les partis traditionnels, du PS à LR, auraient sûrement fait de même. Le gouvernement, bien sûr, a fait des erreurs. Mais auraient-ils dû dire la vérité sur les masques, que nous ne pouvions pas mettre car nous n’en avions pas ? Je sais pas. Il n’était pas à sa place et il était très heureux.

« Blachier et Kierzek peuvent dire ce qu’ils veulent, ils n’ont aucune responsabilité »

Il y a la crise sanitaire, mais il y a aussi l’état de l’hôpital…

Le problème de l’hôpital est le dysfonctionnement du système de santé. C’est comme les urgences : si l’amont et l’aval ne fonctionnent pas bien, les urgences se congestionnent. Je ne peux pas localiser mes patients à l’hôpital, ils restent donc inévitablement dans mon service. Il y a vingt-cinq ans, lorsque j’ai appelé un médecin urgentiste pour une méningite, il m’a dit qu’il préparait la ponction lombaire pendant que je portais le patient. Aujourd’hui, il m’a dit : « Qu’est-ce que le germe ? Cela signifie que les urgences fournissent la plupart des soins. C’est pourquoi nous ne gérons plus. Sans parler des difficultés de réforme. Regardez les infirmières en pratique avancée – tous les autres pays s’orientent dans cette direction en donnant plus de responsabilités aux ambulanciers paramédicaux. En France, le conseil de l’ordre médical s’oppose…

Comment répondez-vous à ceux qui prétendent que la vague Omicron sera beaucoup moins problématique, car ce virus est plus modéré ?

Venez aux urgences, voyez si cette vague est si modérée ! Mais finalement, peu importe ce qu’ils disent : moi, à mon petit niveau, je suis aux commandes. Peut-être que cette vague entraînera à terme peu d’hospitalisations, ou peut-être pas. Mais nous sommes obligés de nous organiser pour recevoir les malades car, pour le moment, la situation n’est pas du tout claire. Bien sûr, au fond, j’espère que ce n’est pas grave car j’en ai marre, comme tout le monde. Mais la seule question qui compte est « qu’est-ce qu’on fait ?

Nous nous sommes déjà déprogrammés, pour obtenir des lits dans le service d’orthopédie, car nous sommes obligés d’anticiper cette aggravation, bien qu’au final elle ne se produise pas. Bien sûr, c’est plus facile de faire comme Martin Blachier et Gérald Kierzek, aller sur les plateaux et dire qu’il ne se passe rien. Ils n’ont aucune responsabilité, ils peuvent dire ce qu’ils veulent. Demain, nous aurons oublié toutes leurs bêtises, car il viendra un moment où ils auront raison quand les choses s’amélioreront.

Seriez-vous favorable à la vaccination obligatoire ?

Absolument. Je suis depuis juillet. Nous vivons dans une communauté et le vaccin protège la communauté. C’est ce qui reste de moi. France Insoumise qui parle de liberté individuelle, ça me fait rire, car c’est une juste valeur ! J’ai également été choqué que Mediapart ait lancé l’an dernier un outil conçu pour mesurer les bénéfices et les risques pour chaque individu, alors que la vaccination est un acte de citoyenneté. Évidemment, le vaccin n’est pas parfait, il ne protège pas bien contre la transmission du virus, mais c’est quand même la meilleure arme dont nous disposons.

Application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Globalement, je ne trouve pas la réponse scientifique à cette crise sanitaire décevante. Nous sommes aux prises avec une maladie sans précédent depuis deux ans et nous avons déjà un vaccin. Sur les réseaux sociaux, Gérald Kierzek avait publié le nombre de victimes causées par les épidémies passées, des chiffres qui montrent soi-disant la faible gravité du Covid-19. Mais cela a seulement montré à quel point la médecine est devenue spectaculaire. Comment comparez-vous la peste noire ou la grippe espagnole avec le Covid-19 ? En raison de la grippe espagnole, nous n’avons pas pu ouvrir d’autres lits de soins intensifs à ce moment-là, car il n’y avait pas de soins intensifs. Quant à la peste, elle a duré des siècles et on ne savait rien de la bactérie. Ces comparaisons sont vraiment stupides.

Retour

Chronique

christophe donnerchristophe donner

Chronique

Colonne Donner CRÉDIT : LAURA ACQUAVIVAchristophe donner

Chronique

« J'accuse Philippot, Dupont-Aignan, Raoult, pas les non vaccinés » › Geeky News - 6Par Sylvain Fort

Chronique

Nicolas Bouzou identifie les trois grandes batailles qui seront livrées cette année à venir.Nicolas Bouzou

Script PHP, Elementor Pro Weadown, Thème WordPress, Fs Poster Plugin Nulled, Journal – Thème WordPress News & WooCommerce, Wordfence Premium Nulled, Dokan Pro Nulled, Plugins, Elementor Pro Weadown, Astra Pro Nulled, Premium Addons for Elementor, Yoast Nulled, Flatsome Annulé, Annonce de produit personnalisé Woocommerce, Wpml Nulled, Thème Woodmart Nulled, Cartes-cadeaux PW WooCommerce Pro Nulled, Avada 7.4 Nulled, Journal 11.2, Jannah Nulled, Jnews 8.1.0 Nulled, WP Reset Pro, Woodmart Theme Nulled, Business Consulting Nulled, Rank Math Seo Pro Weadown, Slider Revolution Nulled, Consulting 6.1.4 Nulled, WeaPlay, Nulledfire