NLes planificateurs ato se sont toujours inquiétés du passage frontalier de Storskog dans le Finnmark, où la Norvège arctique se retrouve face à face avec la froide réalité de la Russie. À l’époque soviétique, la frontière de 121 milles était un point d’éclair potentiel. Les sous-marins nucléaires de la Red Banner Northern Fleet sont toujours basés à proximité de Mourmansk, sur la mer glaciale de Barents.

Les raisons de s’inquiéter à nouveau pour la frontière se multiplient après l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine. La police norvégienne a récemment arrêté plusieurs Russes, équipés de drones et de caméras, qui manifestaient un intérêt inhabituel pour les installations pétrolières et gazières. Certains des espions présumés sont entrés via Storskog.

Depuis que la Russie a coupé l’approvisionnement énergétique de l’Europe en représailles aux sanctions occidentales – et après le sabotage le mois dernier des gazoducs Nord Stream Baltic – la Norvège est devenue le plus grand fournisseur de gaz de l’Europe. Et bien que le gouvernement d’Oslo n’accuse pas directement Moscou, il sait que cela en fait une cible de choix pour les opérations secrètes de guerre hybride.

Une inquiétude particulière porte sur le Baltic Pipe, un gazoduc reliant la Norvège à la Pologne et à d’autres pays de l’UE, qui a été inauguré le mois dernier. L’inquiétude évidente est qu’il pourrait subir le destin explosif de Nord Stream. Théoriquement vulnérables aussi, dans cette nouvelle ère d’hostilité russo-européenne, sont les pipelines vitaux qui alimentent le Royaume-Uni.

« Nous voyons les conséquences de la nouvelle situation sécuritaire en Norvège », a averti la ministre de la Justice Emilie Enger Mehl après les arrestations. « Nous ne pouvons pas exclure d’autres cas. » Suite aux informations faisant état de drones bourdonnant sur les plates-formes de la mer du Nord, la Norvège et le Danemark – ainsi que les candidats à l’OTAN, la Finlande et la Suède – augmentent tous les patrouilles de sécurité et maritimes.

La Finlande prévoit même de clôturer certaines parties de sa frontière avec la Russie, craignant à la fois un afflux d’espions et de saboteurs et une vague de migrants illégaux orchestrée de manière malveillante comme celle à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne en 2021. La mobilisation de masse de Poutine.

La fuite de gaz du gazoduc Nord stream 1
Une fuite de gaz de la rupture du pipeline Nord Stream 1 en mer Baltique. Photographie : Agence de presse Tt/Reuters

La guerre hybride non militaire russe prend de nombreuses formes, toutes avec un objectif identique : l’exécution de « mesures actives » pour nuire, semer la confusion, effrayer, affaiblir et diviser les États cibles tout en maintenant un déni plausible. Ainsi, l’UE et les États-Unis soupçonnent fortement Poutine d’avoir ordonné le sabotage du Nord Stream dans le cadre de sa guerre énergétique non déclarée contre l’Europe. Mais il le nie, et ils n’ont produit aucune preuve.

Alors que l’on se rend compte que le président russe ne reculera devant rien, les dirigeants de l’UE se demandent ce qu’il pourrait faire ensuite pour saper le soutien à l’Ukraine – et affaiblir leurs gouvernements. Poutine perd sur le champ de bataille et malgré ses menaces nucléaires, craint clairement un conflit frontal avec l’Otan qu’il sait qu’il pourrait perdre.

En pensant à l’avenir, il est logique – et prudent – ​​de supposer qu’un Poutine désespéré et insouciant se tournera de plus en plus vers des attaques hybrides en Europe.

Très peu est interdit. La France craint que les câbles Internet transatlantiques, essentiels pour la sécurité et les communications occidentales, ne soient dans son viseur. Son budget 2023 alloue 3,1 M€ à la défense des « fonds marins ». 11 millions d’euros supplémentaires auraient été affectés aux drones et aux robots sous-marins.

« Nous avons des infrastructures essentielles qui sont au-delà de notre territoire – des câbles, des satellites et des oléoducs et gazoducs. Nous renforçons leur sécurité depuis le début de la guerre », a récemment révélé le président Emmanuel Macron.

La Grande-Bretagne rattrape son retard. Ben Wallace, le secrétaire à la Défense, a promis que le premier «navire de surveillance océanique polyvalent» du Royaume-Uni serait opérationnel en 2023. L’amiral Sir Tony Radakin, chef d’état-major de la Défense, a averti en janvier que la rupture des câbles de communication serait considérée comme un acte de guerre.

Mais le Royaume-Uni ne semble pas préparé. Ajoutant à la nervosité, la rupture d’un câble de communication sous-marin qui a isolé les insulaires des Shetland la semaine dernière reste inexpliquée. L’incident a mis en évidence la dimension nationale potentielle de la guerre hybride.

Les responsables de l’UE admettent qu’il est impossible de tout protéger, des centrales nucléaires, des services publics et des systèmes informatiques aux aéroports et aux hôpitaux. Cette vulnérabilité a été dramatiquement révélée lorsque le sabotage imputé à la Russie a fermé certaines parties du réseau ferroviaire allemand ce mois-ci.

Les options hybrides de la Russie s’étendent à l’utilisation secrète de forces spéciales et de combattants par procuration, tels que les « petits hommes verts » déployés en Crimée en 2014. Elles comprennent des cyberattaques déniables, comme celles subies par l’Estonie en août, des fausses nouvelles et des campagnes de désinformation, comme lors de la Élections américaines de 2016 et référendum sur le Brexit, et tromperie diplomatique concertée.

L’utilisation de « mesures actives » est difficile à prouver. L’OTAN a déclaré en 2016 que les « actions hybrides » contre un ou plusieurs alliés seraient considérées comme une attaque contre tous en vertu de l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord. Mais le problème est un problème de définition – qu’est-ce qui constitue une telle attaque ? Un autre problème est de s’entendre sur qui est responsable.

« Les méthodes de guerre hybrides… ont longtemps été utilisées pour déstabiliser les adversaires. Ce qui est nouveau dans les attaques observées ces dernières années, c’est leur vitesse, leur ampleur et leur intensité, facilitées par l’évolution technologique rapide et l’interconnectivité mondiale », a déclaré l’Otan en juin. Des «équipes de soutien contre-hybrides» fourniraient une assistance, mais il appartenait principalement à chaque pays de se protéger.

Les menaces hybrides s’ajoutent aux tensions politiques et sociales déjà considérables imposées à l’Europe par le conflit ukrainien. Les dirigeants de l’UE peinent à s’entendre sur un plafonnement des prix du gaz et d’autres mesures de crise énergétique, tandis que la France et l’Allemagne sont en désaccord sur la future politique de défense vis-à-vis de la Russie. Un sommet clé de gouvernement à gouvernement cette semaine a été reporté.

L’administration Macron est assiégée par des opposants d’extrême droite et d’extrême gauche, des grévistes et des manifestants de rue en colère contre la hausse du coût de la vie. L’impopulaire chancelier allemand, Olaf Scholz, s’efforce de maintenir une coalition agitée. Bon nombre des problèmes auxquels ils sont confrontés découlent directement de l’impact sans cesse croissant de l’invasion de février.

Division, perturbation, déstabilisation : tels sont les fruits de la guerre hybride cachée de Poutine. Il perd sur le terrain en Ukraine. Mais est-il en train de gagner la bataille pour briser la volonté de l’Europe ? L’hiver arrive – et l’hiver le dira.