Le patron d’un restaurant français est accusé de la mort d’une femme après une épidémie de botulisme dans l’établissement, liée à des sardines mal conservées.

Une femme grecque de 32 ans est décédée en septembre après avoir mangé au Tchin Tchin Wine Bar à Bordeaux. Elle était l’une des 16 convives, principalement étrangers, tombés malades en l’espace d’une semaine alors que la ville du sud-ouest accueillait des matches de la Coupe du Monde de Rugby.

Le procureur principal Frédérique Porterie a déclaré dans un communiqué que « diverses violations des règles d’hygiène par le gérant de l’établissement » avaient été identifiées, « en particulier en ce qui concerne les conserves maison ».

  • Accusation contre le patron du restaurant
  • Infractions aux règles d’hygiène
  • Décès d’une femme et 12 personnes hospitalisées

Le chef du restaurant a été placé en garde à vue mardi et inculpé mercredi d’homicide involontaire et de blessures, mettant en danger la vie d’autrui, de non-assistance à personne en danger et de vente de nourriture contaminée ou toxique.

Bien qu’il ait été libéré de garde à vue, il fera l’objet d’une surveillance policière et sera interdit de toute activité liée au service alimentaire en attendant le procès. S’il est reconnu coupable, l’homme risque deux à cinq ans de prison et une amende pouvant aller jusqu’à 600 000 €.

Le botulisme est une maladie neurologique rare et grave qui est mortelle dans 5 à 10% des cas. Elle est causée par une puissante toxine produite par une bactérie qui peut se trouver dans des aliments mal conservés ou mal stérilisés.

Autour de 25 personnes ont été exposées aux sardines contaminées servies au bar à vin, selon une enquête des autorités sanitaires françaises et de la police. Une autre enquête est en cours sur le traitement médical des personnes affectées, ont déclaré les procureurs.

  • La rareté et la gravité du botulisme
  • Exposition de 25 personnes aux sardines contaminées
  • Enquête en cours sur le traitement médical