À l’intérieur des murs austères d’un centre de détention pour mineurs, l’amour ose éclore contre toute attente dans le premier long métrage audacieux et tendre de Zeno Graton. Après une énième tentative d’évasion, le turbulent Joe (brillamment interprété par Khalil Ben Gharbia) est renvoyé dans cet établissement austère. Son esprit errant est éveillé à de nouveaux désirs par l’arrivée de William (Julien De Saint Jean), un détenu qui a un penchant pour enfreindre les règles. Alors que l’évasion physique reste insaisissable, l’attraction mutuelle entre les deux garçons devient un moyen de sauvetage émotionnel.

Empreinte de passion brûlante mais aussi de tendresse, leur lien intense défie le système de règles et de surveillance qui régit chacun de leurs gestes. Les jours ne sont désormais pas seulement faits de tâches et de leçons, mais aussi de baisers et d’étreintes. La nuit, le couple éperdument amoureux presse son corps contre le mur qui sépare leurs cellules, et alors que la musique de la radio de Joe flotte jusqu’à William, cette scène puissante rend hommage au court métrage queer classique de Jean Genet, Un Chant d’Amour, dans lequel deux détenus partagent une cigarette à travers un trou dans le mur de la prison.

Le film de Graton met également en lumière les abus structurels qui mènent à la vie criminelle des détenus, contre lesquels les mesures de réhabilitation et les bonnes intentions des travailleurs sociaux se révèlent tout aussi inadéquates. Lors d’un exercice de poésie, Joe, étouffé par l’émotion, lit à voix haute son texte, parlant de sa vie familiale brisée et du racisme systémique qu’il subit en tant que jeune français d’origine arabe. Par conception, le cycle de l’incarcération est inévitable – yet, tout comme le symbole de l’ouroboros tendrement tatoué sur Joe par William, le film envisage également un autre type de cycle : la possibilité d’une renaissance spirituelle, comme le montre l’amour qui ancre le couple.

La sortie de The Lost Boys est prévue le 15 décembre dans les cinémas britanniques et sur les plateformes numériques.