Un entraîneur de rugby Irlandais enflamme Internet avec un discours en français truffé de jurons

Ronan O’Gara, ancien joueur international irlandais désormais entraîneur du club français La Rochelle, crée le buzz sur Internet avec un discours boostant son équipe, mêlant habilement français et jurons anglais, le tout agrémenté d’un accent de Cork.

« L’opportunité est fucking énorme », a-t-il déclaré à ses joueurs à la veille d’un match contre Bordeaux.

Il leur a dit de se concentrer sur leur propre performance, en pointant le doigt. « Je m’en fucking fous de l’adversaire », a lancé O’Gara, ce qui peut se traduire par « Je me fiche totalement de l’opposition ».

Étaient-ils affamés de remporter le match, a-t-il demandé, sa voix montant en puissance, ou prévoyaient-ils de prendre des « putains de vacances » ?

  • L’ancien joueur de Munster et de l’équipe nationale d’Irlande a remporté neuf trophées avec Munster et a accumulé 128 sélections pour l’Irlande, marquant 1 083 points lors de matches internationaux.
  • Son discours a été largement salué et a été visionné des millions de fois.
  • Le 10 juin, La Rochelle a gagné son match contre Bordeaux 24 à 13.

Ce discours ne remportera pas une médaille de l’Académie française, ni une invitation pour présenter l’Eurovision l’année prochaine, mais il a réussi à motiver son équipe.

« Quelque chose dans tout cela est absolument magnifique », a tweeté un commentateur. « En tant que Française, je lui donne 100% de raison de parler en français », a déclaré un autre, qui n’a pas souhaité exiger la perfection. « La motivation n’a pas de langue », a écrit un autre commentaire.

O’Gara, qui a remporté deux fois de suite la Coupe des Champions avec La Rochelle, a confié au Mirror en 2022 que la période initiale pour apprendre à s’exprimer en français avait été éprouvante. « Il faut s’accrocher – c’est difficile au début. Il faut se forcer à dépasser le moment où l’on se ridiculise pendant trois mois. J’étais dans une situation où je n’avais pas les mots et j’avais besoin d’aide, donc c’était un peu comme « Aidez-moi les gars ». Mais une fois que vous demandez de l’aide, les gens vous aident. »

Il précise que l’écriture d’e-mails en français ne lui est pas nécessaire, mais qu’il a besoin de vocabulaire pour communiquer verbalement. « Vous pouvez parler à 70% en français, à 20% en anglais et vous débrouiller pour les 10% restants. Les gars peuvent bien rigoler en entendant mon « Cork French ». »