Un bond des prix agricoles entrave le port de Zeebrugge en Belgique

Le port belge de Zeebrugge a été bloqué mardi, entraînant des embouteillages sur les routes environnantes alors qu’une vague de protestations d’agriculteurs se propageait dans toute l’Europe.

Les autorités du port de la mer du Nord, l’un des plus grands d’Europe, ont déclaré que toutes les routes d’accès étaient bloquées à 17 heures (1600 GMT) mardi, dans une démonstration qui touchera le commerce, y compris les importations et les exportations alimentaires vers et depuis le Royaume-Uni, l’Irlande et la Scandinavie.

Les agriculteurs prévoient de bloquer le port jusqu’à minuit mercredi pour protester contre les prix qu’ils reçoivent pour les aliments, attribués aux importations bon marché, et l’impact des politiques environnementales de l’UE.

  • Les agriculteurs bloquent le port à cause des problèmes de prix
  • Les agriculteurs se sentent ignorés par les politiciens
  • La manifestation se poursuivra jusqu’à mercredi

Les agriculteurs ont déclaré que le port était ciblé car ils estimaient qu’il recevait un soutien économique aux dépens des agriculteurs. En France et en Italie, des manifestations similaires ont eu lieu. Les agriculteurs français ont encerclé Paris pendant deux jours pour protester contre le gouvernement, tandis qu’en Italie, des disruptions ont été signalées lors de manifestations à Rome et près de Milan. En Espagne, une association d’agriculteurs a également prévu de se mobiliser pour s’opposer aux réglementations strictes de l’UE.

  • Les protestations se propagent à travers l’Europe
  • Les agriculteurs en France et en Italie sont également en grève
  • Les agriculteurs espagnols prévoient de rejoindre les manifestations

Le Premier ministre belge, Alexander De Croo, a tenté de répondre à leurs préoccupations en déclarant que le secteur agricole était « l’épine dorsale de notre société et une partie essentielle de notre économie qui a absolument un avenir dans notre pays et dans l’Union européenne ».

Alors que les protestations ont attiré l’attention du public dans toute l’Europe, elles ne sont pas à l’ordre du jour du sommet des dirigeants de l’UE jeudi, ont confirmé des sources. Cependant, il semble que Bruxelles pourrait faire une concession en suggérant qu’une nouvelle règle obligeant les agriculteurs à réserver 4% des terres en 2024 à des fins de jachère ou pour des haies ou autres cultures pouvant soutenir la biodiversité pourrait être reportée.