Votre éditorial (Les sculptures cachées de la cathédrale de Salisbury : des messages pour l’avenir, 12 septembre) attire l’attention sur les métiers et les artisans en voie de disparition, et salue le refus des tailleurs de pierre de Salisbury de partir discrètement en laissant des traces de leur travail.

Cela rappelle également le projet Guédelon, actuellement en cours en Bourgogne. Là-bas, une expérience archéologique d’investigation est menée, consistant à construire un château médiéval à partir de rien, dans une ancienne carrière et une forêt de chênes, en n’utilisant que des outils et des techniques de l’époque.

Tout ce qui est utilisé sur et dans le château est fabriqué sur place, y compris les matériaux, les ateliers et l’équipement. Les compétences artisanales nécessaires sont développées et utilisées, et des cours de formation sur place étendent ces compétences et les connaissances acquises au reste du monde, de sorte qu’un large éventail de métiers traditionnels est préservé. Le projet permet une meilleure compréhension de l’histoire et constitue également une attraction touristique très réussie.

Ces métiers ont plus d’applications que la seule préservation des bâtiments ecclésiastiques, discutée dans votre éditorial, et les connaissances et compétences de la Grande-Bretagne pourraient certainement être améliorées si des projets similaires étaient développés ici.
Richard Towler
Langwathby, Cumbria

Vous avez un avis sur l’un des articles que vous avez lu aujourd’hui dans The Guardian? Veuillez nous envoyer votre lettre par email et elle sera prise en compte pour publication dans notre section lettres.

Points importants de l’article :

  • Les métiers artisanaux et les artisans en voie de disparition
  • Le projet Guédelon en Bourgogne, une expérience archéologique de construction d’un château médiéval
  • La préservation des métiers traditionnels et l’extension des compétences
  • L’importance de tels projets pour l’amélioration des connaissances et compétences du pays