Ann Scott a été acclamée comme la reine littéraire de la scène techno parisienne, dont le roman culte Superstars immortalisait l’hédonisme et la rivalité des dancefloors suintants de sueur et des rave parties de la France des années 1990. Mais si la romancière Ann Scott, la lauréate du prestigieux prix Renaudot le mois dernier, a si poétiquement relaté la génération X parisienne, des clubs queer au hard house, c’est aussi parce que son propre parcours lui a donné un aperçu unique de ce que c’était que de faire partie de l’underground.

Ann Scott, pseudonyme d’une écrivaine née à Paris, a passé du temps à Londres dans sa jeunesse, entre la scène punk et le monde de la mode. Ses romans, tels que Les Insolents, gagnent en popularité et offrent un regard aigu sur la vie française moderne et la représentation de la solitude contrastée à la vie nocturne et aux sous-cultures. Voici les points clés de l’article :

1. Ann Scott, reine littéraire de la scène techno parisienne.
2. Gagnante du prestigieux prix Renaudot.
3. Nouveau Roman « Les Insolents » sur la Bretagne.
4. Retour en grâce après la reconnaissance littéraire.
5. Ce qu’elle a ressenti en gagnant le prix Renaudot.
6. Tendances actuelles dans la vie française moderne.
7. Sa vie dans la scène punk et de la mode de Londres.
8. Son amitié avec Virginie Despentes, également écrivaine.
9. Départ pour la Bretagne pour échapper à la violence urbaine.

Son dernier ouvrage, Les Insolents, a remporté le prix Renaudot pour son approche comique et tragique de l’isolement et des amitiés dans la région parisienne. Ann Scott, maintenant âgée de 58 ans, réside actuellement à Paris, loin de la côte sauvage du Finistère, où elle a emménagé il y a trois ans. Sa victoire a vu ses livres être rapidement réimprimés et repris pour leur vision lucide de la vie française moderne. Alors qu’elle se trouve dans le bureau de son éditeur à Paris, elle profite de cet intérêt nouveau pour continuer à écrire ses prochains livres.

Son passé dans la scène punk et de la mode à Londres lui a inspiré ses romans ultérieurs en France. Elle explique qu’à cette époque, il ne s’agissait pas seulement de se perdre dans le plaisir, mais aussi de profiter de la tendresse et de la compagnie des autres. Représentante également de la bisexualité dans la fiction française contemporaine, Scott préfère ne pas trop s’attarder sur ces considérations. Elle estime que l’important réside dans le fait de trouver quelqu’un qui puisse vous supporter, peu importe son genre.

L’amie proche et écrivaine Virginie Despentes, dont le style et le parcours sont similaires, partage également un passé commun avec Ann Scott. Toutes deux ont vécu ensemble à Paris et partageaient un style de vie. Malgré leur situation financière difficile, elles partageaient une amitié solide.

Forte de son expérience en club et de ses fréquentations de jeunesse, Ann Scott s’est inspirée de cette période pour écrire sur les désirs et les complexes, mais aussi sur les traumatismes et la survie, dans un contexte culturellement instable, tel que vécu par les Français après les attentats de 2015.

Finalement, Ann Scott a quitté Paris pour se rendre en Bretagne en 2019, à la recherche d’un environnement paisible et isolé pour échapper aux violences dont elle avait besoin de s’éloigner.