Le procès du président du CNC, accusé d’agression sexuelle sur son filleul, en juin

Le directeur de l’institution cinématographique de premier plan en France, Dominique Boutonnat, sera jugé en juin pour des accusations d’agression sexuelle sur son filleul, ont déclaré les procureurs.

Cette annonce survient alors que le cinéma français est secoué par un renouveau du mouvement #MeToo, où plusieurs personnalités importantes, dont l’acteur Gérard Depardieu, ont été accusées d’abus sexuels.

  • Accusations d’agression sexuelle contre Boutonnat
  • Appels à sa démission
  • Date du procès fixée au 14 juin

Des militants ont demandé à Boutonnat, âgé de 54 ans et à la tête du puissant Centre National du Cinéma (CNC), de démissionner de son poste après les allégations, affirmant qu’il n’est pas l’homme pour diriger le changement nécessaire. Boutonnat a nié les accusations.

Le bureau du procureur a déclaré que le procès était fixé au 14 juin. Ni le CNC ni l’avocat de Boutonnat n’étaient immédiatement disponibles pour commenter.

Le filleul de Boutonnat, qui n’est pas de sa famille, l’a accusé en 2020 d’abus sexuel lors d’un séjour en Grèce plus tôt la même année, alors qu’il avait 21 ans.

Le producteur de cinéma a déclaré qu’il s’agissait de « baisers consentants », mais il a été inculpé d’agression sexuelle en septembre 2022. Le gouvernement français l’avait récemment reconduit pour un deuxième mandat à la présidence du CNC, ce qui a consterné les militants.

L’affaire a reçu une nouvelle attention après que l’actrice Judith Godrèche a appelé à l’éviction de Boutonnat de son poste lors d’une audition au Sénat la semaine dernière.

Si on ne le retire pas, a-t-elle déclaré, le CNC serait un endroit où « les producteurs viennent en rigolant parce qu’ils pensent, c’est amusant, je vais être formé contre la violence sexuelle dans une institution dont le président lui-même a été accusé de violence sexuelle ».

Godrèche est devenue une figure clé du mouvement #MeToo en France ces derniers mois après avoir accusé deux réalisateurs de viol et d’agression sexuelle lorsqu’elle était mineure, accusations qu’ils nient.

Le CNC est l’organisme d’État principal pour le cinéma en France, et une source d’aide financière généreuse pour les films d’art et essai locaux et étrangers.