Nouvelle-Calédonie : Macron convoque une nouvelle réunion de sécurité face aux violences mortelles | Nouvelle-Calédonie - 1

Emmanuel Macron convoque une réunion du conseil de défense et de sécurité pour discuter des violences meurtrières en Nouvelle-Calédonie.

Le président français a déjà organisé deux réunions la semaine dernière, qui ont abouti à la déclaration de l’état d’urgence dans le territoire français et à l’envoi de renforts pour aider les forces gouvernementales à rétablir l’ordre.

Dimanche, les forces françaises ont démantelé des dizaines de barrages pour reprendre le contrôle de la principale route menant à l’aéroport de l’archipel.

Le haut-commissaire du gouvernement français, Louis Le Franc, a déclaré aux journalistes à Nouméa que l’ordre républicain serait rétabli coûte que coûte, prévenant les séparatistes des risques encourus s’ils utilisent leurs armes.

La Nouvelle-Calédonie, avec une population d’environ 270 000 habitants, est secouée par des troubles depuis une semaine, déclenchés par les projets français d’imposer de nouvelles règles donnant le droit de vote à des dizaines de milliers de résidents non autochtones.

  • Réunion du conseil de défense et de sécurité convoquée par Macron
  • La Nouvelle-Calédonie en proie à des violences depuis une semaine
  • Les forces françaises démantèlent des barrages routiers
  • Les troubles les plus graves depuis des décennies

Les tensions pro-indépendance en Nouvelle-Calédonie sont profondes, mais ces violences sont les pires depuis des décennies. Les manifestants ont incendié des véhicules, des commerces et des bâtiments publics, et ont pris le contrôle de la route principale menant à l’aéroport international de La Tontouta, qui a dû fermer aux vols commerciaux.

Les autorités ont indiqué qu’environ 230 personnes ont été arrêtées, tandis que près de 3 200 personnes sont bloquées en Nouvelle-Calédonie ou incapables de revenir sur l’archipel. La France a envoyé environ 1 000 membres supplémentaires des forces de sécurité sur les îles.

Dimanche, 600 policiers lourdement armés ont participé à une opération pour reprendre la route principale de 60 kilomètres de la capitale Nouméa à l’aéroport. Les forces ont détruit 76 barrages routiers, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Les écoles resteront fermées jusqu’à vendredi, mais les autorités ont insisté sur l’amélioration de la situation. Le haut-commissaire a déclaré que les forces de sécurité effectueraient des raids pour reprendre d’autres parties du territoire détenues par des groupes pro-indépendance.

  • Les écoles fermées jusqu’à vendredi
  • Les forces de sécurité effectueront des raids pour reprendre le territoire
  • Les tensions ethniques au cœur du débat en Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie depuis le milieu du XIXe siècle, la question de l’appartenance à la France, à l’autonomie ou à l’indépendance continue de diviser la population, principalement le long des lignes ethniques. Les Kanaks autochtones représentent environ 40 % de la population mais sont souvent plus pauvres et moins scolarisés que les Calédoniens européens.

Les présidents de quatre autres territoires d’outre-mer français ont appelé au retrait de la réforme électorale dans une lettre ouverte. Des groupes de défense des libertés civiles ont contesté l’interdiction de TikTok, avec une audience d’urgence prévue au tribunal administratif de Paris pour mardi.