Grève des policiers en France pour de meilleures conditions de travail pendant les Jeux olympiques d’été

Les forces de l’ordre en France ont organisé un « jeudi noir » de grèves et de manifestations pour demander de meilleures rémunérations et conditions de travail pendant les Jeux olympiques d’été.

  • Plusieurs syndicats de policiers, dirigés par les deux plus importants, Alliance et Unsa Police, ont demandé des primes allant jusqu’à 2 000 € ainsi que des garanties de congés et de soutien à la garde d’enfants pour les policiers cet été.
  • Les policiers ont également exprimé leur inquiétude quant à la possibilité de prendre des congés pendant la période des Jeux et ont souligné la nécessité de disposer de logements et de connaître leurs horaires de travail.
  • Des rassemblements de policiers ont eu lieu devant certaines stations mercredi soir. Les syndicats ont appelé à une « activité minimale » jeudi, consistant à répondre aux appels, y compris aux urgences, mais sans effectuer de patrouilles standard.
  • L’union Alliance a déclaré que cette action de jeudi était une première étape et qu’il pourrait y avoir d’autres actions à mesure que les négociations se poursuivent.

Les syndicats ont déjà rencontré le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, pour discuter de leurs revendications. Selon une source proche de Darmanin, des mesures de soutien pour les policiers seront finalisées d’ici la fin du mois, avec jusqu’à 500 millions d’euros pouvant être débloqués pour régler la question.

Les négociations se poursuivent et de nouvelles actions pourraient avoir lieu si les demandes des policiers ne sont pas satisfaites.