Dans quelques semaines, les scientifiques spatiaux célébreront un événement remarquable : le 60e anniversaire du lancement du premier chat dans l’espace, un exploit astronautique qui n’a jamais été répété. Félicette, une petite chatte parisienne noire et blanche, s’est envolée à bord d’une fusée française lors d’une mission sub-orbitale en octobre 1963, atteignant une altitude de 154 km et devenant ainsi le premier félin à explorer cet espace inconnu.

À l’époque, les chiens et les singes étaient les animaux généralement utilisés par les scientifiques pour évaluer les conditions dangereuses de l’espace et déterminer si les humains pouvaient survivre au-delà de l’atmosphère terrestre. La Russie préférait les chiens, tandis que les États-Unis choisissaient généralement les singes.

La France, quant à elle, a décidé de se démarquer en sélectionnant 14 chats errants pour les former en tant qu’astronautes félins. Les chats n’ont pas été nommés afin d’éviter que les scientifiques ne s’attachent trop à eux. Le chat sélectionné pour le voyage spatial était simplement connu sous le nom de C341. Après l’annonce de son vol le 18 octobre 1963 et de son retour en toute sécurité sur Terre, la presse française a décidé de lui donner un nom. Ils ont choisi Félix, en hommage au personnage de chat de dessin animé, pour finalement découvrir que C341 était une femelle. Son nom a donc été ajusté en Félicette.

Avec Félicette, la France a ajouté une nouvelle espèce à la liste des créatures qui ont été envoyées dans l’espace. Les tortues ont été mises en orbite autour de la lune, des milliers de méduses ont été transportées par une navette spatiale, et en 1973, deux araignées de jardin, Anita et Arabella, ont été emmenées dans le laboratoire en orbite Skylab pour voir si elles pouvaient tisser des toiles en microgravité.

«Dans les années 60, les scientifiques et les ingénieurs se préoccupaient principalement des dangers que représentaient les capsules spatiales pour les humains, et la plupart des vols d’animaux dans l’espace étaient entrepris pour déterminer s’ils souffraient ou si leur vie était menacée par le poids, le rayonnement accru ou d’autres effets qu’ils pourraient rencontrer là-haut », explique l’astronome Jake Foster de l’Observatoire royal de Greenwich. «Le fait qu’ils n’aient pas succombé a ouvert la voie aux voyages humains dans l’espace.»

L’envoi d’animaux dans l’espace remonte en réalité aux années 1940 lorsque les scientifiques américains ont choisi des mouches à fruits comme premières créatures à s’élever au-delà de notre atmosphère. Par la suite, des singes ont également été envoyés dans des missions sub-orbitales aux États-Unis.

La chienne Laïka a toutefois fait les gros titres mondiaux pour son rôle sacrificiel en tant qu’astronaute animal. Elle est devenue le premier animal à être envoyé en orbite autour de la Terre à bord du satellite Spoutnik 2 le 3 novembre 1957. Laïka est décédée de surchauffe après le quatrième tour de la Terre.

Aujourd’hui, les règles régissant l’utilisation d’animaux dans les expériences spatiales sont beaucoup plus strictes. Les animaux sont envoyés en orbite pour des raisons différentes telles que la recherche sur les effets à long terme de la vie dans l’espace et l’étude de l’influence de la gravité sur les organismes vivants sur Terre.

Pour conclure, Félicette n’a malheureusement pas survécu longtemps après son voyage spatial. Elle a été euthanasiée par les scientifiques qui ont conclu que son autopsie n’apportait rien d’utile. Néanmoins, Félicette est toujours célébrée et une statue en son honneur a été érigée à l’Université spatiale internationale de Strasbourg en 2019.

Points importants :
– Les scientifiques célèbrent le 60e anniversaire du premier chat envoyé dans l’espace.
– Félicette était une chatte parisienne qui a voyagé à bord d’une fusée française en 1963.
– La France était différente des autres pays qui utilisaient des chiens ou des singes.
– Félicette n’a pas survécu longtemps après son retour sur Terre.