Le gouvernement français a défendu l’arrestation d’un adolescent en pleine classe pour des accusations de harcèlement envers un camarade transgenre, une mesure rare qui a indigné de nombreux élèves et parents malgré un soutien généralisé à la répression du harcèlement.
Le garçon de 14 ans a été menotté et emmené hors de sa salle de classe dans la banlieue parisienne d’Alfortville lundi.
Le porte-parole du gouvernement, Olivier Veran, a déclaré que l’arrestation avait été effectuée « dans le respect » des politiques contre les comportements abusifs et visait à envoyer « un message très fort » aux élèves harceleurs.
« C’est ainsi que nous mettons fin à ce fléau du harcèlement, c’est aussi ainsi que nous allons protéger nos enfants », a-t-il déclaré.
Une source policière a déclaré à l’AFP que la décision d’arrêter le garçon était fondée sur « la nature de menaces extrêmement graves qui nécessitaient une détention urgente ».

Points importants de l’article :
– Le gouvernement français a défendu l’arrestation d’un adolescent pour harcèlement envers un camarade transgenre.
– L’arrestation a eu lieu en pleine classe et a suscité l’indignation de nombreux élèves et parents.
– Le gouvernement affirme agir pour mettre fin au harcèlement et protéger les enfants.
– Des menaces graves ont été proférées contre la victime présumée.
– Certains se demandent pourquoi l’arrestation n’a pas été effectuée après la fin de la journée scolaire.