Le premier scénario du film britannique sur la paranoïa littéraire, fragile et artificiel mais plutôt élégant, est signé Alex MacKeith et réalisé par Alice Troughton, une débutante au cinéma qui s’est déjà fait applaudir pour son travail à la télévision. La mise en scène haut de gamme et sophistiquée est assez française; Julie Delpy, qui joue un rôle ici, semble très à l’aise.

Richard E. Grant incarne JM Sinclair, un auteur à succès au franc-parler, qui donne des interviews espiègles en répétant l’ancien adage selon lequel les bons artistes empruntent, mais les grands volent. Il est marié à Hélène (Delpy), une collectionneuse d’art, et ils vivent dans une belle propriété de campagne avec de vastes jardins et un lac. Mais Sinclair, habituellement si prolifique, s’est retiré dans un silence créatif hanté après la mort tragique de son fils aîné ; les parents sont désormais préoccupés par le jeune et lunatique Bertie (Stephen McMillan), qu’il faut coacher pour qu’il obtienne une place à Oxford pour étudier l’anglais.

Et donc, ils engagent un tuteur résident pour donner des cours : il s’agit de Liam (Daryl McCormack), dont le charme séduit ses employeurs. Liam se retrouve à dîner avec la famille en portant des vêtements empruntés appartenant au fils décédé. Mais plus douloureusement encore, Liam admire Sinclair parce qu’il est lui-même un auteur en devenir et lui montre avec tremblement son premier roman en manuscrit – avec des conséquences catastrophiques.

J’ai apprécié les scènes de « leçon » ici, surtout lorsque Liam doit fournir une liste de lectures. (Ma liste de lectures pour ce film serait : « About the Author » de John Colapinto, « The Plot » de Jean Hanff Korelitz, « Yellowface » de Rebecca F Kuang et « Eve » de James Hadley Chase). Quant à McCormack, il a la même présence à l’écran qu’il a montrée en jouant aux côtés d’Emma Thompson dans la comédie « Good Luck to You, Leo Grande » – un rôle assez similaire, en fait. Mais ici, il doit être en colère, vindicatif et épris, et le rôle met certainement assez à l’épreuve son registre émotionnel. Eh bien, il est difficile de ne pas être éclipsé lorsque l’on est associé à Richard E. Grant à plein régime. Un essai amusant sur la vanité et la vengeance.

« The Lesson » sortira le 22 septembre dans les cinémas britanniques.

  • Le premier scénario est signé Alex MacKeith et le film est réalisé par Alice Troughton
  • La mise en scène est haut de gamme et sophistiquée
  • Julie Delpy joue un rôle important
  • Richard E. Grant joue JM Sinclair, un auteur à succès marié à une collectionneuse d’art
  • Ils ont perdu leur fils aîné et sont désormais préoccupés par leur fils cadet, qui souhaite étudier l’anglais à Oxford
  • Ils engagent un tuteur résident, Liam
  • Liam admire Sinclair et lui montre son premier roman en manuscrit
  • Le film comporte des scènes de « leçon » intéressantes
  • Daryl McCormack joue le rôle de Liam avec une présence à l’écran similaire à sa performance avec Emma Thompson dans « Good Luck to You, Leo Grande »
  • Le film explore des thèmes de vanité et de vengeance
  • « The Lesson » sortira le 22 septembre dans les cinémas britanniques