Deux ans après sa disparition à l’âge de 91 ans, la voix de Christopher Plummer chantant Edelweiss dans La Mélodie du bonheur sera enfin entendue. Dans le film de 1965, oscarisé, Plummer avait reçu une formation vocale pour le rôle du capitaine Von Trapp, mais un chanteur, Bill Lee, avait été doublé pour les célèbres morceaux de Rodgers et Hammerstein. Près de soixante ans plus tard, une version élargie, remixée et remasterisée de la bande originale de La Mélodie du bonheur sera publiée. En plus de 40 pistes inédites et de prises alternatives, elle comprendra les versions de Plummer d’Edelweiss, de Something Good et d’autres chansons.

Dans une interview accordée au Guardian en 2018, Plummer se souvient qu’il était « furieux qu’on ne lui laisse pas chanter » dans le film ou sa bande originale. Il avait passé beaucoup de temps à travailler sa voix, mais à l’époque, ils avaient engagé quelqu’un d’autre pour le doublage. Il avait déclaré : « La seule raison pour laquelle j’ai fait cette satanée chose était de pouvoir faire une comédie musicale sur scène, au cinéma. »

Le film, qui a remporté cinq Oscars, était « le rôle le plus populaire que j’aie jamais joué », a-t-il ajouté. L’obsession des fans « me rendait dingue au début. Je me disais, ‘Est-ce que ces gens ne voient jamais un autre film ?' »

La Mélodie du bonheur raconte l’histoire d’un commandant de marine autrichien veuf qui engage une novice, Maria, comme gouvernante pour ses sept enfants. Les Von Trapp sont obligés de fuir les nazis alors que toute la famille succombe au charme et à la chaleur de Maria.

Mike Matessino, un historien du cinéma qui préserve et restaure la musique de films classiques, a remixé et remasterisé la bande originale, dont la version originale a concurrencé l’album des Beatles Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band dans les charts. Dans cette nouvelle version, « vous entendrez ce que vous avez déjà entendu, des chansons célèbres avec les tons méliflues de Dame Julie Andrews en tête », écrit Matessino dans un essai de 30 000 mots accompagnant la sortie. « Mais l’expérience a été transformée au-delà de ce que proposait l’album de la bande originale de 1965 – avec des extensions aux chansons… et même certains segments non utilisés dans la version finale du film. »

Matessino a déclaré depuis Los Angeles que la voix de Plummer n’était pas « la voix professionnelle polie dont le film avait besoin ». « L’une des raisons pour lesquelles il a accepté le rôle était d’améliorer son chant, ce qu’il a fait, mais pas de manière assez aboutie pour être à l’aise face à Julie Andrews. Plummer prenait des leçons de chant tout au long du tournage et sa voix était agréable mais pas assez bonne. »

La Mélodie du bonheur a battu des records au box-office, se jouant à guichets fermés dans les cinémas pendant plus d’un an. Au Royaume-Uni, la bande originale a été classée en tête des ventes d’albums de 1965, 1966 et 1968. Plus de 25 millions de copies ont été vendues dans le monde entier.

Matessino affirme que la musique de Rodgers et Hammerstein est « géniale » et que le succès durable du film est dû à ses thèmes de famille, de guérison et de raison morale. « Il y a des problèmes cachés là-dedans auxquels on n’associe pas les comédies musicales légères. »

L’attrait du film « ne disparaîtra jamais », dit-il. « Chaque génération découvre La Mélodie du bonheur pour elle-même. Il y a quelque chose d’indélébile là-dedans. »