Un film d’Halloween plein d’échos et de références cinématographiques

Dans l’offre d’Halloween pleine d’entrain d’Amazon intitulée Totally Killer, on retrouve des échos de Happy Death Day, Retour vers le futur et The Final Girls, des échos souvent suffisamment forts pour noyer complètement le film. Son intrigue de slasher voyageant dans le temps emprunte des éléments à tous ces films et mise sur l’enthousiasme plutôt que sur l’originalité pour nous divertir, un risque qui fonctionne uniquement par moments fugaces. Le film trouve son meilleur équilibre lorsqu’il ne se concentre pas uniquement sur un clin d’œil suffisant, des allusions auto-référentielles servant uniquement à prouver que les trois scénaristes du film ont une certaine culture cinématographique et veulent nous montrer qu’ils sont complices de la blague.

  • Happy Death Day, Back to the Future et The Final Girls sont des références importantes du film Totally Killer
  • Le film mise sur l’enthousiasme plutôt que sur l’originalité pour divertir le spectateur
  • Sa réussite est limitée car il ne parvient pas à combiner de manière satisfaisante les genres de la comédie et de l’horreur
  • Le film raconte l’histoire d’un lycée qui est la proie d’un maniaque masqué, et dont la série de meurtres dans les années 80 jette une malédiction sur une petite ville tranquille
  • Le réalisateur Nahnatchka Khan propose une mise en scène fade et sans saveur, avec des scènes éclairées comme un feuilleton de fin d’après-midi
  • Shipka incarne une héroïne engagée de la génération Z, choquée par la politique passéiste de l’époque, et certains des meilleurs moments du film explorent ce choc culturel
  • Le film manque d’atmosphère, de suspense et de tension lors des meurtres, ainsi que de plaisir dans la reconstitution historique
  • Le dernier acte est un peu chaotique, avec des rebondissements inefficaces et un discours confus
  • En comparaison avec The Final Girls qui était un film comique émouvant, Totally Killer ne parvient pas à susciter d’émotions ou à rendre les personnages importants
  • Shipka est une héroïne convaincante mais rencontre des difficultés avec les répliques qui tombent à plat

Quand son énergie se joint à celle de ceux qui l’entourent (un casting de jeunes prometteurs, bien que Liana Liberato de Scream VI soit cruellement sous-exploitée), on peut trouver quelques moments amusants ici, c’est juste dommage qu’il n’y en ait pas plus.