Un projet soutenu par le président français, Emmanuel Macron, visant à remplacer les vitraux des chapelles latérales de la cathédrale Notre-Dame par des créations contemporaines a été critiqué comme un « vandalisme ».

Une pétition a été signée par plus de 120 000 personnes pour conserver les vitraux d’origine. Les critiques affirment que le changement détruirait l’harmonie architecturale du bâtiment historique ravagé par le feu en avril 2019.

Lors d’une visite à la cathédrale du XIIIe siècle ce mois-ci, Macron a annoncé que les vitraux de six des sept chapelles de l’aile sud seraient retirés et remplacés par des vitraux contemporains choisis lors d’une compétition.

L’idée est reportée à l’archevêque de Paris, Laurent Ulrich, qui a écrit à l’Élysée en disant qu’il aimerait que l’État commande une série de six nouveaux vitraux.

Macron a répondu que l’idée avait son entière approbation. Les fenêtres identifiées pour être remplacées, conçues par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc, qui a également ajouté la flèche au milieu du XIXe siècle, n’ont pas été touchées par l’incendie et seraient exposées dans un musée de Notre-Dame nouvellement créé, a déclaré le président.

  • Un projet soutenu par Emmanuel Macron critiqué
  • Pétition signée par plus de 120 000 personnes pour conserver les vitraux originaux
  • Critique de l’harmonie architecturale du bâtiment historique
  • Les vitraux des chapelles latérales de Notre-Dame seront remplacés par des créations contemporaines
  • Les vitraux originaux ne seront pas touchés par l’incendie

Désormais, plus de 122 000 personnes ont signé une pétition lancée il y a un peu plus d’une quinzaine de jours appelant à ce que les vitraux d’origine restent en place.

Didier Rykner, fondateur et rédacteur en chef du magazine en ligne La Tribune de l’Art, a déclaré qu’un geste contemporain bien meilleur serait de commander de nouveaux vitraux pour la tour nord de la cathédrale, où le combat des pompiers pour sauver l’édifice a été le plus intense.

Après une opposition publique véhémente, le président a abandonné l’idée. La nouvelle flèche de 96 mètres, installée en novembre, est identique à celle détruite par les flammes.

La cathédrale devrait rouvrir le 8 décembre 2024.

  • Une nouvelle suggestion contemporaine abandonnée
  • La nouvelle flèche de 96 mètres est identique à celle détruite
  • La réouverture de la cathédrale prévue le 8 décembre 2024