Depuis maintenant 150 ans, Atelier 11 dans la Cité Falguière à Paris est le foyer des artistes internationaux. Le peintre italien Amedeo Modigliani y a rencontré sa maîtresse russe – elle était en lune de miel à l’époque ; Constantin Brâncuși, Chaïm Soutine et Paul Gauguin ont également vécu et travaillé dans le studio à différentes périodes avant de devenir célèbres. Construite au début des années 1870, la Cité Falguière était une communauté d’artistes dans une impasse à Montparnasse où ceux qui étaient lassés de Montmartre ou ne pouvaient plus se permettre de payer ses loyers déménageaient dans le sud de la capitale française pour peindre et sculpter, formant ce qui était connu sous le nom de mouvement École de Paris. Dans les années 1960 et 1970, les bulldozers sont intervenus, détruisant plusieurs des ateliers historiques pour construire des immeubles d’appartements beiges. Ceux qui restent, à l’exception de l’Atelier 11, ont été transformés en habitations privées.

Maintenant, les militants qui ont passé 60 ans à faire pression sans succès sur le gouvernement et les autorités locales pour qu’il soit classé comme un bâtiment d’intérêt historique ont organisé une campagne de financement pour le restaurer et continuer son rôle de lieu de vie et de travail pour les artistes en visite. Les travaux les plus urgents concernent la rénovation de la façade, dont les fenêtres d’origine en bois et en métal ont à peine été touchées depuis leur construction. Jessica Chilloh, qui coordonne le projet de rénovation pour les associations à but non lucratif l’AiR ARTSand Cité Falguière, a déclaré : « Le cœur de ce projet est de préserver ce patrimoine de manière vivante et active. Nous ne voulons pas transformer cet endroit en musée, mais le maintenir comme un lieu où les artistes peuvent venir travailler et être un lieu de création. Nous espérons que le programme de résidence que nous avons mis en place pour les artistes contemporains, et par artistes nous entendons non seulement les peintres et les sculpteurs, mais aussi les créateurs multidisciplinaires tels que les danseurs, les écrivains, les cinéastes, nous espérons maintenir l’esprit artistique de l’École de Paris vivant ».

La Cité Falguière, près de la gare Montparnasse, doit son nom au peintre et sculpteur du XIXe siècle Alexandre Falguière. En 1861, son mécène, Jules-Ernest Bouillot, lui-même sculpteur, fit construire 30 petits ateliers rudimentaires pour offrir à des artistes en difficulté à des loyers modestes. Les ateliers étaient des structures en bois et en métal avec de grandes fenêtres en verre qui s’ouvraient pour permettre de sortir de plus grandes sculptures. Au bout de l’impasse, Falguière vivait dans une grande maison, la Villa Rose, devenue un hôtel pour les artistes pauvres dans les années 1920 mais détruite lors du développement ultérieur de la zone. Gauguin a installé son studio dans la commune en 1877, suivi par Modigliani, dont la maîtresse russe était la poétesse Anna Akhmatova et qui a achevé sa sculpture « Cariatide » là-bas, puis Brancusi de Roumanie et Tsuguharu Foujita du Japon, ainsi que des artistes d’Europe, d’Amérique, de Turquie, d’Iran et de Cuba. Soutine, émigré russe, qui partageait le numéro 11 avec Modigliani, a peint la façade pendant son séjour, donnant aux restaurateurs une idée parfaite de son aspect d’origine.

Pendant 40 ans jusqu’en 2021, l’artiste serbo-russe Mira Maodus a vécu et travaillé au numéro 11. Depuis lors, il accueille un programme de résidence internationale pour les artistes. Emmanuel Macron et son épouse, Brigitte, possédaient un appartement au 8 Cité Falguière dans l’impasse jusqu’à ce qu’il devienne ministre des Finances en 2014. Les propriétaires actuels de l’Atelier 11 ont signé un accord avec l’association l’AiR ARTS et Cité Falguière pour garantir sa continuité en tant que résidence et atelier d’artistes.

Un don de 105 000 € de la Mission Patrimoine, une organisation nationale soutenue par le ministère de la culture de la France, a permis de financer la rénovation de la façade de l’Atelier 11 qui pourra commencer début de l’année prochaine, mais 150 000 € supplémentaires sont encore nécessaires pour terminer ces travaux. Les associations estiment qu’il faudra au moins 1 million d’euros supplémentaires pour mettre l’intérieur du petit bâtiment de trois étages aux normes requises et garantir la sécurité nécessaire pour permettre aux artistes de séjourner et de travailler. L’appel aux dons est supervisé par la Fondation du Patrimoine, créée pour aider les associations et les organisations à entretenir des bâtiments historiques.

Stephanie Nadalo, historienne de l’art et présidente de l’Association Cité Falguière, a déclaré : « Cet atelier a été géré par des artistes, pour des artistes pendant 150 ans, et nous voulons continuer dans cette voie. Ce n’est pas seulement un espace unique, c’est une communauté de personnes, un lieu où l’art et l’histoire de l’art se rencontrent ».