175 militants climatiques arrêtés lors d'une manifestation contre TotalEnergies en France | Urgence climatique - 1

La pression des activistes climatiques lors de l’assemblée générale de TotalEnergies

Le PDG de TotalEnergies a déclaré aux actionnaires que de nouveaux champs pétroliers devaient être développés pour répondre à la demande mondiale, alors que les réunions annuelles du géant français de l’énergie et de l’un de ses plus grands actionnaires étaient perturbées par des activistes climatiques.

  • 173 personnes ont été arrêtées lors de protestations à l’extérieur du siège d’Amundi, l’un des plus grands gestionnaires d’investissement au monde et actionnaire important de TotalEnergies.
  • Les activistes climatiques se sont rassemblés avant l’ouverture de l’assemblée générale de TotalEnergies. Des membres de Greenpeace ont déployé une immense bannière « Recherché » appelant son PDG, Patrick Pouyanné, « le chef de l’entreprise la plus polluante de France ».
  • Plusieurs centaines d’activistes d’Extinction Rebellion se sont réunis devant Amundi pour son assemblée générale. Quelques dizaines de manifestants ont forcé leur entrée dans la tour d’Amundi, taguant les murs et brisant certaines fenêtres.
  • Les activistes accusent TotalEnergies de contribuer au réchauffement climatique et à la destruction de la biodiversité par ses activités pétrolières et gazières.

Pouyanne a déclaré aux actionnaires que des prix du pétrole plus élevés dus à une production insuffisante de combustibles fossiles « deviendraient rapidement insupportables pour les populations des pays émergents, mais aussi dans nos pays développés ».

Il a souligné que la demande de pétrole augmentait en parallèle avec la population mondiale, mais a également affirmé que TotalEnergies poursuivrait sa « stratégie équilibrée » de développement de la production d’énergie à la fois fossile et à faible émission de carbone.

Lors de la réunion, près de 80% des actionnaires ont approuvé la stratégie climatique de l’entreprise, et plus de 75% ont également voté pour le renouvellement de Pouyanne en tant que PDG pour trois ans.

Pouyanne a récemment évoqué la possibilité d’une cotation à New York pour l’entreprise, mais a assuré aux actionnaires qu’il n’était « pas question » que TotalEnergies quitte la France.

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré qu’il serait « très surpris » si TotalEnergies quittait le CAC 40 de Paris pour s’installer à New York, malgré les arguments de Pouyanne en faveur de valorisations plus élevées et de marchés plus vastes.