Marine Le Pen devra comparaître devant le tribunal pour un détournement présumé de fonds de l’UE

Le parquet de Paris a annoncé vendredi que la politicienne d’extrême droite Marine Le Pen comparaîtra aux côtés de 27 autres personnes pour un détournement présumé de fonds de l’Union européenne, des accusations que le parti de Le Pen a contestées.

Le père de Marine Le Pen, Jean-Marie, figure également parmi les 28 accusés, confirmant ainsi les informations des médias français.

Une audience préliminaire prévue pour le 27 mars de l’année prochaine sera suivie d’une audience plus approfondie en octobre et novembre.

L’enquête, ouverte en 2016, visait à déterminer si le Front National (devenu Rassemblement National) avait utilisé de l’argent destiné aux assistants parlementaires du Parlement européen pour rémunérer du personnel travaillant pour le parti.

Les députés européens se voient attribuer des fonds pour couvrir leurs dépenses, y compris celles de leurs assistants, mais ne sont pas censés les utiliser pour les dépenses du parti.

« Nous contestons formellement les accusations portées contre nos députés européens et leurs assistants parlementaires », a déclaré le parti de Marine Le Pen, le Rassemblement National (RN), dans un communiqué.

Le parti a ajouté que Marine Le Pen n’avait commis aucune infraction et qu’il n’y avait aucune irrégularité dans l’emploi de ses assistants parlementaires, conformément aux réglementations du Parlement européen et à la loi française.

À la tête du RN jusqu’en 2021, Marine Le Pen s’est présentée contre Emmanuel Macron aux élections présidentielles de 2017 et 2022, et pourrait à nouveau présenter sa candidature en 2027.

  • Marine Le Pen et 27 autres personnes inculpées
  • Audiences préliminaire et approfondie prévues
  • Enquête sur le détournement présumé de fonds de l’UE
  • Contestation des accusations par le parti de Marine Le Pen
  • Possibilité de nouvelle candidature de Marine Le Pen en 2027