Nous sommes en train de devenir rapidement le casting vedette du plus grand film catastrophe de tous les temps, et tragiquement, c’est un succès mondial. Des gratte-ciels en flammes dévastent le Canada, les Canaries et Rhodes, le Bangladesh, la Chine et même le nord de l’Angleterre ont vécu leurs propres aventures dévastatrices de Poséidon, tandis que le monde entier continue de vaciller dans le chaos socio-économique de la contagion de la Covid et dans la crainte d’une épidémie de H1N1. Seulement, les effets dramatiques ne sont plus générés par ordinateur, ils sont réels, et les gens meurent vraiment.

Dans les années 1970, je suis allé à l’Odeon et j’ai été terrifié et émerveillé par le genre du film catastrophe. Depuis la fin des années 1980, j’ai observé le département des effets du monde réel sur le climat intensifier ses protestations contre notre inaction généralisée et notre mépris pour la science, qui dit avec une précision croissante que l’humanité est confrontée à l’Armageddon. Mais il y a eu un autre genre concurrent, le film de conspiration/désinformation, les films B corrompus et effrayants sortis non pas de Hollywood, mais des grandes compagnies pétrolières, pas classés X au multiplex, mais insidieusement tissés dans nos vies en tant que figurants de cette catastrophe… ainsi que les rediffusions orchestrées par ceux qui attisent les flammes.

Il est donc temps de se rebeller, ou tout simplement de se plaindre et de mourir : c’est votre choix. Les meilleurs rebelles s’appuient sur des informations fiables et ont besoin d’une base sécurisée fondée sur les faits, alors je suggère avant de monter à bord de vos TIE fighters, de regarder et d’assimiler les films suivants. Car malgré tous ses artifices et ses absurdités, certaines parties plus précieuses de l’industrie cinématographique essaient de nous dire la vérité.

Si je devais ajouter un film à cette liste, ce serait le film Independence Day réalisé par Roland Emmerich en 1996, avec Will Smith et Bill Pullman. Je sais, c’est de l’américanisme patriotique, mais il a un message important à adresser à notre crise actuelle et la plus grande de tous les temps. Lorsque la menace est tangible, une invasion extraterrestre, le monde entier s’unit pour résoudre le foutoir dans lequel il se trouve. Toutes les nations, toutes les religions, toutes les politiques, tous les peuples se dressent pour relever le défi de préserver l’humanité. Eh bien, la dégradation du climat n’est pas une menace extraterrestre – c’est réel, et nous sommes une seule espèce sur une seule planète avec un énorme problème et une dernière chance de le résoudre. Bruce Willis et Steve McQueen ne sont malheureusement plus disponibles, alors vous feriez mieux de trouver un peu de Smith/Pullman et de vous préparer à vous battre pour la vie humaine sur Terre. Chris Packham

(1) Damon Gameau, 2019 : Un documentaire optimiste et constructif sur le changement climatique et les actions à entreprendre pour y faire face.

(2) Shaunak Sen, 2022 : Un documentaire indien mettant en lumière l’importance de prendre soin de notre écosystème urbain et de valoriser toute forme de vie.

(3) Adam McKay, 2021 : Une comédie satirique sur la crise climatique et la réaction sociale et politique face à cette menace imminente.

(4) Hayao Miyazaki, 1997 : Un film d’animation japonais qui met en garde contre les conséquences de l’exploitation des ressources naturelles de la Terre et prône un compromis et un équilibre entre l’homme et la nature.

(5) Alejandro Loayza Grisi, 2022 : Un drame simple et lyrique sur les difficultés et les conséquences de la sécheresse dans les régions rurales de Bolivie, mettant en évidence les dangers du changement climatique pour les cultures et les communautés autochtones.

(6) Phie Ambo, 2021 : Un documentaire danois inspirant sur le mouvement des jeunes danois qui se mobilisent pour exiger des politiques climatiques plus audacieuses.

Ensemble, ces films nous incitent à prendre conscience de l’urgence climatique et à agir pour préserver notre planète.