Une onde de choc d'origine solaire a créé une fissure dans la magnétosphère - 1

Une onde de choc dans le vent solaire, vraisemblablement causée par une éjection de masse coronale, a envoyé une explosion de matière à grande vitesse vers la Terre dans la soirée du 18 décembre. L’impact a ouvert un trou dans la magnétosphère terrestre, augmentant la probabilité d’un 19 décembre tempête géomagnétique.

Le 12 décembre, des spécialistes de la météo spatiale ont identifié neuf groupes différents de taches solaires à la surface du Soleil ; Le 15 décembre, ils en comptaient 11, le nombre le plus élevé observé jusqu’à présent dans ce 25e cycle solaire, ce qui augmentait la probabilité d’une éruption solaire. « Parce que 11 amas de taches solaires numérotés sillonnent la surface du Soleil, il y a une forte possibilité que toute éruption provoque des perturbations géomagnétiques », a déclaré Spaceweather.com dans un communiqué.

Selon eux, l’onde de choc du 18 décembre pourrait être associée à une éjection de masse coronale émise par la tache solaire AR3165, qui la semaine dernière était en période d’hyperactivité : plus de 18 éruptions solaires de classe M se sont produites en deux jours, rapporte Spaceweather.com . Signalé le 16 décembre. « Les impulsions de rayonnement ultraviolet extrême ionisent la haute atmosphère terrestre, provoquant de fréquentes pannes de radio à ondes courtes », ont expliqué les experts.

Brève interruption des communications radio outre-Atlantique

Plusieurs coupures de courant régionales ont été signalées. La plus forte – une éruption de classe M6 – a été enregistrée le 14 décembre : elle a provoqué une coupure radio de courte durée au-dessus de l’océan Atlantique. Cependant, après 48 heures d’hyperactivité, le spot AR3165 est devenu « plus silencieux ».

Un événement de panne de courant causé par une éruption de classe M6 le 14 décembre. © Spaceweather.com

Moins puissantes que les éruptions de classe X, les éruptions de classe M peuvent néanmoins provoquer des perturbations du champ magnétique terrestre, entraînant des pannes radio de courte durée dans les régions polaires. Ces éruptions solaires se produisent lorsque l’énergie stockée dans les champs magnétiques entrelacés au-dessus des taches solaires est soudainement libérée. En quelques minutes, les éruptions chauffent la matière à des millions de degrés et produisent une rafale de rayonnement sur tout le spectre électromagnétique, des ondes radio aux rayons X et rayons gamma.

Sunspot AR3165 a produit plus de 18 fusées éclairantes de classe M en deux jours. © Spaceweather.com

L’onde de choc du 18 décembre sera associée à une éjection de masse coronale (CME) : une énorme bulle de matière solaire, traversée par des lignes de champ magnétique, éjectée par le Soleil en quelques heures ; cet événement est parfois (mais pas toujours) accompagné d’une éruption solaire. EMS se déplace à une vitesse de plusieurs millions de kilomètres par heure, transportant des particules chargées du vent solaire sous la forme d’un front d’onde géant.

Orages géomagnétiques plus fréquents et plus intenses d’ici 2025

Si les champs électromagnétiques atteignent la Terre, ils peuvent provoquer une tempête géomagnétique : les particules solaires à haute énergie (électrons, protons et particules alpha) sont absorbées par le champ magnétique terrestre puis le compriment. Puis ils sont dirigés par des lignes de champ magnétique vers les pôles, puis excitent ou ionisent les atomes de la haute atmosphère. Mais les atomes ne restent pas dans cet état excité : ils reviennent à un état stable, libérant de l’énergie sous la forme d’un photon. C’est ce qui crée les aurores très colorées.

Les tempêtes les plus fortes peuvent créer des fissures dans la magnétosphère qui restent ouvertes pendant des heures. Ces perturbations permettent à certaines particules solaires de pénétrer dans l’atmosphère, perturbant ou endommageant potentiellement les satellites, les communications radio et les systèmes électriques. La tempête prévue pour le 19 décembre n’était finalement que mineure (classe G1).

Selon les prévisionnistes de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), il existe un nouveau risque de petites tempêtes géomagnétiques G1 prévues aujourd’hui : une paire de flux de vent solaire émanant d’un trou binaire dans l’atmosphère, du Soleil et rayonnant côte à côte – doit passer par le champ magnétique terrestre.

prévisions de taches solaires

Le nombre de taches solaires enregistrées au fil du temps. Pour ce 25e cycle, ce nombre est bien supérieur aux prévisions. © NOAA

L’activité du Soleil, qui suit un cycle d’environ 11 ans, augmentera régulièrement au cours des prochaines années, atteignant un maximum mondial en 2025 avant de décliner à nouveau. Cependant, le Soleil a été plus actif que prévu ces derniers temps, avec un nombre de taches solaires presque le double de celui prévu par la NOAA. Les experts surveillent notre étoile de près car à mesure que son activité augmente, le risque et l’intensité des éruptions solaires et des éjections de masse coronale augmentent. Une violente tempête géomagnétique pourrait causer de graves dommages à nos communications et à notre infrastructure électrique.