Tom Hanks a averti les fans qu’une publicité pour un plan dentaire qui semble utiliser son image est en réalité fausse et a été créée à l’aide de l’intelligence artificielle.

Dans un message publié à ses 9,5 millions d’abonnés Instagram, l’acteur a déclaré que son image avait été utilisée sans sa permission. « ATTENTION !! Il y a une vidéo qui promeut un plan dentaire avec une version IA de moi. Je n’y suis pour rien », a écrit Hanks sur une capture d’écran d’une image générée par ordinateur de lui-même dans le clip.

Le lauréat de l’Oscar s’est déjà exprimé par le passé sur l’utilisation de l’IA dans le cinéma et la télévision, bien qu’il n’ait pas hésité à approuver des versions numériquement modifiées de lui-même au cinéma.

Le film d’animation informatique de Noël The Polar Express de 2004 présentait une version CGI de Hanks. Il a également rajeuni dans des scènes du film A Man Called Otto de 2022.

Lors d’une conversation avec le comédien britannique Adam Buxton dans son podcast le 18 avril, quelques jours seulement avant le début de la grève des scénaristes d’Hollywood, Hanks a déclaré à propos de l’IA: « Nous avons vu cela venir. Nous avons vu qu’il y aurait cette possibilité de prendre des zéros et des uns à l’intérieur d’un ordinateur et d’en faire un visage et un personnage. Maintenant, cela n’a fait que se multiplier dix milliards de fois depuis ce temps, et nous le voyons partout.

« Je peux vous dire que des discussions sont en cours dans toutes les guildes, toutes les agences et tous les cabinets juridiques pour trouver les conséquences légales de mon visage, de ma voix – et de celle de tout le monde – en tant que propriété intellectuelle. »

« Pour l’instant, si je le voulais, je pourrais réunir et proposer une série de sept films dans lesquels je jouerais et où je serais âgé de 32 ans d’ici l’éternité. Maintenant, n’importe qui peut se recréer à n’importe quel âge grâce à l’IA ou à la technologie deepfake. »

Hanks a déclaré à Buxton que l’IA pourrait permettre à une fausse version de lui de continuer à jouer éternellement.

« Je pourrais être renversé par un bus demain, et c’est tout, mais les performances peuvent continuer à l’infini. Et en dehors de la compréhension que cela a été fait avec l’IA ou le deepfake, il n’y aura rien pour vous dire que ce n’est pas moi et moi seul. Et ça aura un certain degré de réalisme. C’est certainement un défi artistique, mais c’est aussi un défi juridique. »

La grève des scénaristes américains s’est terminée la semaine dernière, l’un des principaux points de friction étant les préoccupations selon lesquelles l’IA non contrôlée pourrait compromettre le travail des créateurs. La Writers Guild of America a approuvé un accord avec l’Alliance of Motion Picture and Television qui comporte des restrictions sur l’utilisation de l’IA dans le cinéma et la télévision.

Cependant, Sag-Aftra – le syndicat représentant les acteurs d’Hollywood – est toujours en grève, ce qui signifie que la plupart des productions ne peuvent pas reprendre. La grève des acteurs a commencé quelques mois après la grève des scénaristes, avec comme principale question le salaire, ainsi que les préoccupations concernant l’utilisation de l’IA pour créer des ressemblances non approuvées des acteurs. Il y a des espoirs que l’accord des scénaristes puisse aider à résoudre la grève des acteurs d’Hollywood.

Dans le film Here, réalisé par Robert Zemeckis et prévu pour l’année prochaine, Tom Hanks jouera des versions plus jeunes de son personnage en utilisant un outil de Metaphysic. La société d’IA affirme pouvoir créer des « échanges de visages photoréalistes de haute résolution et des effets de rajeunissement en plus des performances des acteurs, en direct et en temps réel, sans avoir besoin d’un travail supplémentaire de compositing ou d’effets visuels ».