Keir Starmer a conclu sa mini-tournée internationale en rencontrant Emmanuel Macron à Paris pour des discussions symboliquement significatives, bien que discrètes, qui ont évité les détails spécifiques du Brexit ou de la politique migratoire.

Après des discussions avec les responsables de l’application de la loi de l’UE à La Haye et des réunions avec Justin Trudeau et d’autres à Montréal, le chef du parti travailliste a eu 45 minutes d’entretien en tête-à-tête avec le président français au Palais de l’Élysée.

Conformément au protocole d’une rencontre entre un dirigeant élu et un chef de l’opposition, aucun des deux camps n’a publié un compte rendu officiel de la réunion, bien que Starmer ait déclaré aux journalistes qu’elle avait été « très constructive et positive ».

Starmer avait annoncé la visite dans une interview de journal en promettant qu’un gouvernement travailliste chercherait à réviser de manière significative l’accord sur le Brexit de Boris Johnson lorsqu’il sera réexaminé en 2025. Mais cela n’a été qu’une partie marginale des discussions, tout comme tout plan de coopération en matière d’asile et de migration.

« La discussion n’a pas vraiment porté sur le Brexit ou l’immigration », a déclaré une source de l’Élysée.

La source a déclaré que la réunion, la première fois que les deux hommes se rencontraient en dehors d’une rencontre lors des funérailles de la Reine l’année dernière, « pourrait être décrite comme chaleureuse et engageante ».

« Ils ont abordé divers sujets, de l’économie à la sécurité énergétique, en passant par le soutien à l’Ukraine, et ont évoqué le renforcement du partenariat bilatéral entre la France et le Royaume-Uni, ainsi que la possibilité d’une présidence à la Trump aux États-Unis et leur vision de la Chine », a déclaré la source.

« Ils ont souligné l’importance de la coopération renforcée entre la France et le Royaume-Uni afin que ce partenariat continue d’apporter prospérité et sécurité aux Français et aux Britanniques. »

Les hommes se sont également échangé des cadeaux, Macron offrant à Starmer des boutons de manchette avec le logo de la République française, et Starmer offrant au président un maillot d’Arsenal avec le nom « Macron » et le numéro 25, car il est le 25e président.

Dans une brève interview télévisée après les discussions, Starmer, accompagné à Paris par Rachel Reeves, la chancelière de l’ombre, et David Lammy, le secrétaire des affaires étrangères de l’ombre, a déclaré qu’il avait eu « une discussion très politique couvrant de nombreux sujets ».

« C’était ma première occasion de dire à quel point je valorise la relation entre nos deux pays, notamment en ce qui concerne la prospérité et la sécurité, et comment, si nous avons la chance d’être élus au pouvoir, nous avons l’intention de renforcer cette relation et de la rendre encore plus solide qu’aujourd’hui », a-t-il déclaré, refusant de dire s’il pensait que Macron espérait une victoire des travaillistes lors des prochaines élections générales.

Principaux points de l’article :
– Keir Starmer rencontre Emmanuel Macron à Paris pour des discussions symboliques
– Les détails spécifiques du Brexit et de la politique migratoire sont évités
– La réunion est décrite comme chaleureuse et engageante
– Ils discutent de sujets tels que l’économie, la sécurité énergétique, le soutien à l’Ukraine, etc.
– Les deux hommes échangent des cadeaux
– Starmer valorise la relation entre la France et le Royaume-Uni et espère la renforcer si le parti travailliste est élu au pouvoir.