Près de trois quarts des équipes de cinéma et de télévision du Royaume-Uni estiment que leur sécurité ou celle d’un collègue a été compromis au travail, selon une nouvelle enquête.

À l’occasion du sixième anniversaire de la mort du cadreur britannique Mark Milsome et deux ans après le décès de la directrice de la photographie Halyna Hutchins, une enquête menée par Bectu et la Fondation Mark Milsome révèle un consensus selon lequel la formation à la sécurité et les protocoles doivent être améliorés. En outre, les sociétés de production doivent assumer la responsabilité ultime des problèmes affectant l’équipe de tournage.

Environ trois quarts des 733 personnes interrogées ont déclaré avoir « le sentiment que leur sécurité ou celle d’un collègue a été compromis au travail », tandis que plus des deux tiers exprimaient de réelles préoccupations concernant la promotion de personnes à des postes de responsabilité sans une expérience ou des qualifications en matière de sécurité adéquates.

De nombreux travailleurs ont également déclaré ne pas oser s’exprimer – tous ceux qui ont signalé des incidents ont demandé à rester anonymes de peur de compromettre leur emploi futur.

Bectu et la Fondation ont appelé l’industrie à s’engager à ce que toutes les personnes travaillant sur une production suivent des cours de sécurité pertinents. De plus, des solutions doivent être trouvées pour une culture de travail de longues heures, qui a également un impact sur la sécurité.

  • Près de 96% des répondants ont récemment travaillé plus de 10 heures par jour, sans compter les déplacements, les heures supplémentaires ou d’autres temps de travail non rémunérés.
  • Plus de 49% des personnes interrogées avaient travaillé de 10 à 12 heures par jour, et plus de 46% avaient travaillé plus de 12 heures par jour.

Spencer MacDonald, secrétaire national de Bectu, a déclaré que de nombreuses équipes n’avaient « même pas suivi la formation la plus élémentaire ou reçu de conseils sur la sécurité au travail ».

Samantha Wainstein, présidente de la Fondation Mark Milsome, a ajouté: « La mort de Mark est un rappel poignant de l’importance cruciale du respect strict des directives de santé et de sécurité. La Fondation Mark Milsome a été créée en sa mémoire, et l’un des aspects fondamentaux de notre mission est de veiller à ce que personne sur un plateau de cinéma ne meure pour le tournage d’une scène. »

Milsome a tragiquement été tué en 2017 lors du tournage d’une cascade en voiture au Ghana pour la série Black Earth Rising. Une enquête a par la suite révélé qu’il était décédé de manière « accidentelle », mais que « peu de temps avant l’exécution de la cascade, le risque que M. Milsome soit blessé ou tué n’a pas été reconnu, évalué, communiqué ou géré de manière efficace. »

Récemment, les appels en faveur de meilleures mesures de sécurité sur les plateaux se sont multipliés après le décès de Hutchins, tuée par balle lors du tournage du film Rust en 2021. Mardi, la BBC a également annoncé que Top Gear ne reviendrait pas à la télévision « dans un avenir prévisible » après qu’un accident ayant impliqué le présentateur Freddie Flintoff a interrompu la production de la dernière série.

Rory Kinnear, dont le père, Roy Kinnear, est décédé après avoir été jeté de cheval lors du tournage de « Le Retour des mousquetaires » en 1988, a souligné l’importance de la sécurité sur les plateaux de tournage.

« Trente ans plus tard, les choses n’ont tout simplement pas changé, » a-t-il déclaré à la BBC. « Vous avez beaucoup de jeunes qui veulent entrer dans une industrie qu’ils savent être périlleuse, tant financièrement que sur le plan professionnel, mais pas nécessairement conscients du caractère périlleux des pratiques sur le plateau de tournage également.

« Il est maintenant temps de saisir cette opportunité de comprendre que nous n’avons pas besoin d’exclure l’excitation, la créativité ou l’invention pour des raisons de sécurité, que les deux peuvent et doivent fonctionner ensemble et c’est impératif. »