La députée française qui aurait été droguée par un sénateur a décrit « des tremblements et une transpiration » et redoutait de faire une crise cardiaque après avoir bu du champagne avec de l’ecstasy. Pour Sandrine Josso, 48 ans, membre du parti centriste MoDem, l’incident présumé survenu la semaine dernière était une épreuve traumatisante. Elle a exprimé ses inquiétudes à la télévision, soulignant l’importance de sensibiliser le public au problème du « fléau » des ébriéteurs en France.

En effet, le 66 ans Joël Guerriau, sénateur de centre-droit, a été arrêté et inculpé pour avoir administré une substance psychotrope à une personne sans son consentement dans le but de commettre un viol ou une agression sexuelle. Accusé par Josso de lui avoir donné un verre de champagne bourré d’ecstasy, les deux se connaissent depuis 10 ans. Le jour de l’incident, il l’avait invitée chez lui pour célébrer sa réélection au sénat. Cependant, son comportement étrange et les signes de drogue présents dans son appartement l’ont alertée. C’est en appelant un taxi qu’elle a réussi à échapper à la situation.

Elle a été secourue par le conducteur de taxi et des collègues parlementaires avant d’être hospitalisée. Les tests pris ont révélé la présence d’ecstasy dans son organisme. L’avocat de Guerriau a affirmé que le sénateur n’avait pas l’intention de droguer la victime, prétendant qu’il avait fait une erreur en servant les verres.

1. Sandrine Josso décrit les tremblements et la transpiration qu’elle a endurés après avoir bu champagne avec de l’ecstasy.
2. Elle fut secourue par ses collègues parlementaires après l’incident
3. Le sénateur Joël Guerriau, accusé de l’avoir droguée, a été arrêté et inculpé.
4. Les tests en hôpital ont montré la présence d’ecstasy à son corps.
5. L’avocat du sénateur prétend que l’incident était un accident.