Plus de 180 personnes ont été secourues et cinq sont décédées pendant le week-end en tentant de traverser la Manche pour se rendre au Royaume-Uni dans des eaux glacées et des températures d’air inférieures à zéro degré, ont déclaré les autorités françaises.

Les autorités maritimes ont déclaré qu’elles étaient en alerte depuis vendredi et qu’au moins quatre opérations de sauvetage avaient été menées, cinq personnes étant décédées dans les premières heures du dimanche au large de la côte de Wimereux, dans le Pas-de-Calais.

  • 182 personnes secourues
  • Cinq décès
  • Alerte jusqu’à mercredi
  • Reconnaissance des risques accrus de nouvelles tentatives de traversée

Le préfet maritime de la région Pas-de-Calais, Jacques Billant, a déclaré aux journalistes qu’il s’agissait d’un « épisode très intense », mais que les autorités resteraient en alerte jusqu’au mercredi, lorsque les températures négatives étaient censées laisser place à la neige et à des eaux agitées.

« Face à cette situation, nous ne baisserons pas les bras. Les forces de l’ordre sont pleinement mobilisées pour lutter contre les traversées maritimes et sauver des vies », a-t-il déclaré.

  • Risques accrus d’autres tentatives de traversée
  • Morts en mer
  • Réseaux de passeurs criminels
  • Risques liés aux températures basses

Il y a une inquiétude croissante que plus de migrants essaieront de faire le voyage par temps froid, risquant la mort en quelques minutes s’ils tombent dans la mer.

Billant a déclaré : « Les réseaux criminels de passeurs mettent les populations migrantes en danger inutile en ayant recours à des méthodes de plus en plus dangereuses, même en hiver. La température de l’eau est de 7 °C. En cas de naufrage, la durée de vie est limitée à 10 minutes. »

Environ 25 km au sud de Wimereux, 59 personnes ont été secourues d’un bateau en difficulté au large de la côte de Neufchâtel-Hardelot pendant la journée de samedi.

L’équipage du bateau patrouilleur Abeille Normandie a initialement secouru 33 personnes du navire, a déclaré la préfecture.

« Plusieurs personnes restées à bord ont refusé l’assistance offerte par les ressources françaises et ont poursuivi leur chemin. En liaison avec le Cross Gris-Nez, l’Abeille Normandie a continué de surveiller le bateau, qui s’est arrêté une deuxième fois. L’Abeille Normandie a ensuite secouru 26 des naufragés. Les 59 hommes naufragés ont ensuite été approchés à Boulogne-sur-Mer », a déclaré la préfecture.

  • Récupération de 59 naufragés
  • Refus d’assistance de certains migrants
  • Intervention du navire de patrouille Dauphin
  • Nouveau sauvetage de 58 personnes

Le Dauphin a été déployé à plusieurs reprises pendant la nuit et la journée pour rechercher des embarcations.

Le soir, l’Abeille Normandie a été appelée pour un autre bateau en difficulté et 58 personnes ont été secourues au large de la côte d’Ambleteuse, à environ 3 miles au nord de Wimereux.

Vingt personnes ont été secourues au large de Pointe aux Oies, à 2 miles au nord de Wimereux, par l’équipage du bateau de patrouille Gris-Nex, avec le soutien naval et le navire d’assistance Rhône. La préfecture a déclaré que plusieurs personnes à bord ont refusé l’assistance et ont poursuivi leur chemin.

Les autorités françaises ont déclaré qu’elles ne pouvaient pas risquer de contraindre les gens à être transférés des petits bateaux aux navires de secours en raison du risque de chute dans l’eau glacée.

Les migrants ont été pris en charge par le personnel des services d’urgence à Boulogne-sur-Mer.

  • Risques liés à l’assistance en mer
  • Soin des migrants sauvés

Des photos des rescapés après l’incident mortel à Wimereux ont montré plusieurs petits enfants enveloppés dans des couvertures thermiques, La Voix du Nord, le journal local, signalant la présence d’un bébé parmi les rescapés.