Tarrac : le film sportif irlandais qui suit à la lettre la formule du genre

Ce film irlandais surprenant mettant en scène des outsiders suit à la lettre la formule du genre. Dès les premières images d’une équipe d’aviron féminine hurlant de joie après une rare victoire et enchaînant les verres, on sait exactement où le scénario va nous mener – elles n’ont aucune chance de participer à la finale du tournoi. Le film est si prévisible que l’on pourrait sans doute quitter la salle pendant 15 minutes sans rien rater, mais il a du cœur et suffisamment de dialogues légers pour le rendre regardable. (Le dialogue est en irlandais et les sous-titres en anglais regorgent de ces expressions typiquement irlandaises qui enchanteront les spectateurs : « Jesus Christ, I’m not completely fucking banjaxed! »)

Kelly Gough incarne Aoife, une consultante en management réussie qui est revenue dans la petite ville de Kerry pour rendre visite à son père, Bear, (Lorcan Cranitch) après qu’il ait fait une crise cardiaque. (« J’ai presque dû mourir pour que tu viennes », dit-il, plus résigné qu’amer.) Aoife est distante et émotionnellement fragile avec son père. Puis, un soir, par hasard presque, elle rejoint l’équipe locale d’aviron féminine. Mais pourra-t-elle guider cette joyeuse bande de femmes – une mère épuisée de trois enfants, un acteur raté et une adolescente troublée mais talentueuse – vers une victoire éclatante ?

  • Une formule prévisible mais touchante

La réponse est déjà connue. Néanmoins, le film est réalisé avec talent par Declan Recks, qui a sagement choisi de situer autant d’action dans le pub que sur le bateau d’aviron. L’équipe n’a pas remporté de victoire depuis des années. Sous la nouvelle direction d’Aoife, nous assistons à leurs séances d’entraînement désespérantes, aux moments de cohésion de l’équipe, à une victoire surprise en demi-finale et à une finale épique. L’histoire progresse doucement mais de manière captivante, le thème de la dysfonction familiale étant subtilement mis en avant. Lorsque Aoife et Bear cicatrisent enfin leurs vieilles blessures, ce n’est pas à travers un discours sentimental, mais sur un bateau, Bear passant calmement à sa fille un Wagon Wheel en guise d’offrande de paix.

Tarrac sortira le 6 octobre dans les cinémas irlandais et le 8 décembre dans les cinémas britanniques.