Un défis du mois de janvier sans alcool en France

Le Dry January est au centre d’une polémique politique en France après que plus de 45 professeurs d’études sur la dépendance aient signé une lettre demandant à l’État de promouvoir un mois d’abstinence d’alcool.

Voici les points principaux de l’article :

  • Plus de 45 professeurs ont signé une lettre pour appeler l’État à soutenir le mois de janvier sans alcool.
  • Ils ont écrit au ministre de la Santé pour dire que l’État n’en fait pas assez pour sensibiliser aux risques de l’alcool et devrait soutenir un mois sans alcool en début d’année.
  • Ils estiment que le soutien de l’État à cette initiative serait une opportunité et un « signe fort » pour calmer le débat sur la consommation d’alcool en France.

Le Dry January, initié au Royaume-Uni il y a 10 ans, a été introduit en France en 2020 comme le « défi de janvier », promu par des organisations caritatives. Il a gagné en popularité, mais les organes de santé de l’État français n’ont pas soutenu l’initiative.

Les professeurs et médecins ont souligné que le soutien de l’État à l’initiative serait très bénéfique.

La France est le deuxième plus grand consommateur de vin au monde, et les politiciens français écoutent attentivement l’industrie viticole.

Les responsables de la santé ont souligné l’impact positif du Dry January sur la santé et ont encouragé le gouvernement à s’impliquer davantage dans la prévention de l’alcoolisme.

Les militants anti-addiction ont déclaré que le gouvernement était trop prompt à agir sur les points de vue de l’industrie de l’alcool, et les associations de lutte contre l’addiction ont également déclaré que le gouvernement s’était écarté des campagnes d’alcool percutantes autour de la Coupe du monde de rugby.

L’annonceur a également souligné que les politiciens français étaient déconnectés de l’opinion publique par rapport au Dry January.

Le gouvernement a déclaré que bien qu’il soit prêt à lutter contre la consommation excessive d’alcool, il n’est pas convaincu de la nécessité de soutenir un mois sans alcool.

Cependant, l’industrie du vin a souligné que la France était capable de concilier le plaisir de la consommation d’alcool avec la modération.