Christopher Plummer était loin d’être la seule star d’Hollywood à découvrir que ses parties de chant avaient été abandonnées au profit de quelqu’un de plus mélodieux. Les chanteurs de playback, ou « chanteurs fantômes », étaient autrefois largement utilisés (mais secrètement) pour doubler les acteurs non chantants – et ils n’ont pas tout à fait disparu. Voici quelques exemples notoires.

Rita Hayworth dans Gilda (1946)
« Put the blame on Mame », chante la séduisante chanteuse du casino de Rita Hayworth dans le film noir, mais en réalité, c’est Anita Ellis, une chanteuse canadienne qui a doublé toutes ses chansons dans le film.

Debbie Reynolds dans Singin’ in the Rain (1952)
Un peu culotté, étant donné que l’intrigue de la comédie musicale classique tourne autour d’une chanteuse fantôme qui n’est pas créditée pour ses performances. En réalité, sur plusieurs chansons, ce n’était pas Debbie Reynolds, âgée de 19 ans, qui chantait à la place de la star du cinéma Lina Lamont, jouée par Jean Hagen, mais la chanteuse Betty Noyes (non créditée).

Marilyn Monroe dans Les hommes préfèrent les blondes (1953)
Marilyn Monroe a réussi à éblouir le public en chantant « Diamonds Are a Girl’s Best Friend », mais c’est la chanteuse de playback extraordinaire Marni Nixon – qui serait surnommée la « reine des fantômes » – qui a réussi les notes aiguës à sa place. On peut également l’entendre chanter les parties de Deborah Kerr dans « Le Roi et moi » trois ans plus tard.

Leslie Caron dans Gigi (1958)
Bien que la bande originale soit sans doute plus connue pour le douteux « Thank Heaven for Little Girls » de Maurice Chevalier, Leslie Caron a également interprété plusieurs chansons en tant que Gigi, doublées par Betty Wand (qui a également chanté certaines parties de Rita Moreno dans West Side Story).

Natalie Wood dans West Side Story (1961)
Bien qu’on n’ait pas dit à Wood pendant tout le tournage de la partition musicalement difficile de Bernstein, l’intention était toujours de remplacer ses parties de chant par Marni Nixon. Cela a créé une atmosphère tendue sur le plateau, a déclaré Nixon ; Wood était compréhensiblement furieuse lorsque elle l’a découvert.

Audrey Hepburn dans My Fair Lady (1964)
Encore une fois, Nixon chante toutes les parties d’Hepburn et aide le film à remporter un Oscar de la meilleure image (comme West Side Story l’avait également fait). « Dans le cas d’Audrey Hepburn, elle était très intelligente et pouvait dire : ‘Je sais que ce n’est pas assez bon' », a déclaré Nixon plus tard.

Peggy Wood dans La Mélodie du bonheur (1965)
Plummer n’était pas le seul acteur doublé dans La Mélodie du bonheur : ce n’est pas Peggy Wood qui chante « Climb Ev’ry Mountain », mais Margery McKay. Notamment, le film comprend une rare apparition à l’écran de Nixon en tant que Sœur Sophia (c’est elle qui chante « a will o’ the wisp » dans « How Do You Solve a Problem Like Maria? »).

Zac Efron dans High School Musical (2006)
Peut-être étonnamment, les chanteurs fantômes n’ont pas encore disparu. Cela peut être choquant pour certains millennials d’apprendre que ce n’était pas le jeune cœur à prendre Efron qui chantait dans la plupart des chansons de High School Musical, mais Drew Seeley. Efron a chanté dans les suites, cependant. « Ce fut un moment très important pour moi », a-t-il déclaré. « J’ai dû tenir bon et me battre pour faire entendre ma voix sur ces pistes. »