### Voici l’article réécrit :

20. Rossignol (2019)
Un film émouvant sur les familles et l’euthanasie, à voir uniquement pour les moments où Sarandon apparaît. Elle joue Lily, qui a tout ce qu’une femme pourrait demander, mais qui souffre également de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Sarandon donne vie à un personnage physiquement épuisé et qui souhaite maintenant partir en beauté. On peut entendre la méfiance dans la voix de Lily à chaque fois qu’elle parle à sa fille « difficile », Anna (Mia Wasikowska). Le ressentiment, l’hostilité (ainsi que l’amour) entre Lily et Anna pourraient alimenter tout un autre film, meilleur.

19. Il était une fois (2007)
Il y a quelque chose de si noir chez Sarandon. L’un des fils comiques les plus sombres de la comédie semi-cartoon semi-action révèle une relation entre une femme alpha méchante risquée, la reine Narissa (Sarandon), et son fidèle Narissa (Timothy Spall). Alors que Nathaniel est assis dans un taxi, partageant ses nouveaux doutes sur sa bien-aimée avec une animatrice de radio, Narissa passe la tête par la fenêtre et murmure : « Bonjour, Minable. Tu m’as manqué ? ». Barbara Stanwyck n’aurait pas pu faire mieux.

18. Bernard et Doris (2008)
Ralph Fiennes travesti ! Sarandon avec une perruque Seigneur des Anneaux d’Orlando Bloom ! Tout cela se passe dans ce téléfilm peu connu sur l’héritière Doris Duke et son majordome Bernard Lafferty. La septuagénaire éternellement ivre Doris adore Bernard parce qu’il ne la juge pas pour être une droguée. Et il l’aime parce qu’elle ne le juge pas pour être gay, bien que dès qu’il hérite de sa fortune, sa sexualité (ainsi que sa « basse » naissance) lui est constamment rappelée. C’est en fait une histoire très sombre. Mais voir Sarandon et Fiennes ensemble procure une véritable montée d’adrénaline.

17. L’Enfer du dimanche (1998)
Comme Sarandon le reconnaît elle-même, elle a joué beaucoup de mères qui ne sont plus là pour longtemps. Ici, elle incarne Jackie, qui déteste initialement la nouvelle petite amie de son ex-mari, Isabel (Julia Roberts ; qui déploie son sourire nucléaire), jusqu’à ce que de mauvaises nouvelles du médecin changent tout. Sarandon transcende le script trop conventionnel et les images glossy, et parvient à trouver un moyen de se connecter avec Roberts et les deux jeunes acteurs qui jouent les enfants de Jackie (Jena Malone, Liam Aiken) ; tandis que Sarandon et Roberts sont sympathiques sans être des femmes robotiques. Ne culpabilisez pas d’être ému par L’Enfer du dimanche.

16. Jeff, derrière chez moi (2011)
Comme le montre son travail dans cette comédie des frères Duplass, Sarandon comprend parfaitement le mumblecore. Elle n’a jamais de problème à se calmer et est instantanément et discrètement fascinante en tant que Sharon, la mère de deux fils adultes qui perdent la tête, bien que de différentes manières. Comme le titre le suggère, Jeff n’a pas quitté le nid. Pendant ce temps, son frère Pat se dirige vers la catastrophe. Les choses deviennent de plus en plus curieuses pour le trio. Vous voulez de la magie et du réalisme ? Vous pourriez faire pire que passer du temps avec ce groupe.

### Liste des points importants de l’article :
– Blackbird (2019) : Un film émouvant sur les familles et l’euthanasie. Sarandon joue Lily, une femme atteinte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA).
– Enchanted (2007) : Sarandon joue la reine Narissa, un personnage noir et comique.
– Bernard and Doris (2008) : Sarandon et Fiennes jouent une héritière et son majordome.
– Stepmom (1998) : Sarandon joue Jackie, qui déteste initialement la nouvelle petite amie de son ex-mari.
– Jeff, Who Lives at Home (2011) : Sarandon joue Sharon, la mère de deux fils adultes qui perdent la tête.
– The Banger Sisters (2002) : Sarandon et Goldie Hawn jouent d’anciennes groupies qui se retrouvent.
– Igby Goes Down (2002) : Sarandon joue Mimi Slocumb, une héritière de la côte Est.
– The Meddler (2015) : Sarandon joue Marnie, une mère envahissante qui apprend à donner de l’espace à sa fille.
– Little Women (1994) : Sarandon joue Marmee, la mère aimante des soeurs March.
– Who Am I This Time? (1982) : Sarandon joue Helene, une femme qui tombe amoureuse d’un homme timide lorsqu’ils sont sur scène.
– The Client (1994) : Sarandon joue Reggie, une avocate qui aide un jeune garçon poursuivi par la mafia et le FBI.
– Lorenzo’s Oil (1992) : Sarandon joue Michaela, la mère d’un enfant atteint d’une maladie incurable.
– White Palace (1990) : Sarandon joue Nora, une serveuse qui entame une relation avec un riche yuppie plus jeune.
– The Witches of Eastwick (1987) : Sarandon joue Jane, une violoncelliste à la recherche de l’amour.
– Liste des points importants cont. :
– Rossignol (2019)
– Il était une fois (2007)
– Bernard and Doris (2008)
– L’Enfer du dimanche (1998)
– Jeff, derrière chez moi (2011)

Note : Les autres points ne sont pas inclus dans la liste.