L'économie américaine se contracte au deuxième trimestre, selon le PIB, et invite à parler de récession - 1

Les nombres: L’économie américaine s’est contractée à un rythme annuel de 0,9 % au deuxième trimestre pour marquer la deuxième baisse consécutive, intensifiant le débat sur la question de savoir si les États-Unis ont déjà sombré dans une récession.

Le produit intérieur brut, la carte de pointage de toutes sortes pour l’économie, avait diminué à un rythme de 1,6 % au cours des trois premiers mois de l’année. Les baisses consécutives du PIB étaient les premières depuis la Grande Récession de 2007-2009.

Une forte baisse des investissements des entreprises et des niveaux de stocks en baisse expliquent en grande partie l’impression négative du PIB. Les dépenses publiques ont également fortement diminué.

Le seul point positif : les dépenses de consommation, le principal moteur de l’économie, ont augmenté à un rythme annuel de 1 %. Mais il s’agissait de la plus faible augmentation depuis le début d’une reprise après la pandémie.

Alors que deux trimestres consécutifs de baisse du PIB ont été généralement considérés comme une récession, le groupe d’éminents économistes chargés de déclarer les récessions officielles adopte une vision plus large qui suggère que l’ancienne règle empirique ne s’applique pas toujours.

La définition de la récession est devenue un sujet de débat acharné avant les élections américaines cruciales de l’automne. La Maison Blanche Biden a soutenu que les États-Unis ne sont pas en récession, mais les républicains veulent rejeter la faute sur les démocrates pour le ralentissement de la croissance.

Les économistes interrogés par le Wall Street Journal prévoient une augmentation de 0,3 % du PIB au deuxième trimestre. Tous les chiffres sont corrigés de l’inflation.

Grande image: L’économie ralentit. Cela ne fait aucun doute.

La Réserve fédérale a relevé un taux d’intérêt directeur américain de 2,5 points de pourcentage depuis mars pour tenter de lutter contre la plus forte poussée d’inflation en près de 41 ans. Le coût de la vie a augmenté de 9,1 % au cours de la période de 12 mois terminée en juin.

Des taux plus élevés ont tendance à ralentir l’économie en rendant l’emprunt plus coûteux pour les entreprises et les consommateurs.

Pourtant, peu d’économistes pensent que les États-Unis sont déjà en récession. Alors que beaucoup pensent qu’un ralentissement est inévitable, ils disent qu’il ne commencera probablement pas avant la fin de 2022 ou vers 2023.

Réaction du marché : Le Dow Jones Industrial Average DJIA,
+1,37%
et S&P 500 SPX,
+2,62%
devaient ouvrir en baisse dans les échanges de jeudi.