La France s’apprête à inscrire le droit à l’avortement dans sa constitution lors d’une session parlementaire conjointe la semaine prochaine, après que le Sénat ait voté en faveur de cette mesure mercredi soir.

  • Le gouvernement, les législateurs et les sénateurs français ont souligné que le droit à l’avortement nécessitait une protection constitutionnelle complète, en raison des menaces qui pèsent sur ce droit aux États-Unis et dans d’autres pays en Europe.
  • Le premier ministre français, Gabriel Attal, a déclaré après un long débat au Sénat que « lorsque les droits des femmes sont attaqués dans le monde, la France se lève et se place à l’avant-garde du progrès ».
  • Le ministre de la Justice français, Éric Dupond-Moretti, a qualifié ce vote d’historique, soulignant que cela démontre que les femmes dans notre pays sont libres et que nous attachons une importance particulière à cette liberté.
  • La sénatrice écologiste, Mélanie Vogel, a décrit ce changement constitutionnel comme une victoire historique et féministe.
  • Le sénateur communiste Ian Brossat a affirmé que ce serait une victoire pour les femmes du monde entier.
  • La modification de la constitution française devrait maintenant obtenir l’approbation de la majorité des trois cinquièmes lors de la session parlementaire conjointe prévue pour lundi, traditionnellement organisée au Palais de Versailles.
  • Le président Emmanuel Macron a promis de rendre le droit des femmes à choisir un avortement irréversible.
  • Certains sénateurs ont souligné que les mouvements anti-avortement devenaient de plus en plus insidieux en France, citant des attaques contre les centres de planning familial, des autocollants anti-avortement placés sur des vélos en location à Paris et des déclarations erronées sur l’avortement diffusées à la télévision.
  • En 2022, le parlement français a voté pour prolonger le délai légal pour mettre fin à une grossesse de 12 à 14 semaines, afin de répondre à la frustration de milliers de femmes contraintes de se rendre à l’étranger chaque année pour avorter.