Élisabeth Borne démissionne alors qu’Emmanuel Macron cherche à donner un nouvel élan à son deuxième mandat avant les élections au Parlement européen et les Jeux Olympiques de Paris cet été.

Le président n’a pas immédiatement nommé son successeur.

Ce changement de Premier ministre intervient après une année marquée par des crises politiques déclenchées par des changements contestés du système de retraite et des lois sur l’immigration.

Cela survient également cinq mois avant les élections au Parlement européen, les eurosceptiques étant attendus pour faire des gains record à un moment où le mécontentement public généralisé concernant la hausse des coûts de la vie et l’incapacité des gouvernements européens à freiner les flux migratoires.

En France, les sondages montrent que le parti de Macron est devancé par celui de la leader d’extrême droite Marine Le Pen de huit à dix points avant le vote de juin.

La spéculation concernant un remaniement ministériel était forte ces dernières semaines depuis l’adoption étroite, au Parlement, de règles renforcées en matière d’immigration ayant exposé de profondes divisions au sein de la majorité centriste de Macron.

Le ministre de l’Éducation, Gabriel Attal, 34 ans, et le ministre de la Défense, Sébastien Lecornu, 37 ans, sont cités comme des candidats potentiels pour remplacer Borne. Tous deux seraient les plus jeunes Premiers ministres de l’histoire de la France.

Des observateurs ont également mentionné le ministre des Finances, Bruno Le Maire, et l’ancien ministre de l’Agriculture Julien Denormandie comme options possibles.

Plus de détails à suivre…