Apple est confronté à une interdiction de vente et à un rappel potentiel de son iPhone 12 en France, car l’entreprise américaine conteste un rapport selon lequel le smartphone dépasse les limites d’exposition aux radiofréquences fixées par l’organisme de réglementation du pays.

Apple a déclaré mercredi que son iPhone 12 était certifié par plusieurs organismes internationaux comme étant conforme aux normes mondiales de radiation, contredisant les tests effectués par l’organisme de surveillance français ANFR, selon lesquels ce modèle émettrait plus d’ondes électromagnétiques susceptibles d’être absorbées par le corps que ce qui est autorisé.

L’organisme de réglementation a déclaré avoir constaté que le taux d’absorption spécifique (DAS) du téléphone, qui mesure la quantité d’énergie radiofréquence absorbée par le corps à partir d’un équipement, était de 5,74 watts par kilogramme lors de tests simulant le fait de tenir le téléphone en main ou de le garder dans une poche. La norme européenne pour le DAS est de 4,0 watts par kilogramme dans de tels tests. Le régulateur a noté que le téléphone était conforme à plusieurs autres tests de DAS qu’il avait effectués dans le cadre de ses récents tests sur 141 téléphones.

L’ANFR a déclaré mardi qu’elle enverrait des agents dans les magasins Apple et chez d’autres distributeurs pour vérifier que le modèle, lancé en octobre 2020 et récemment retiré de la gamme de produits de l’entreprise, n’était plus vendu. L’organisme de surveillance a déclaré s’attendre à ce qu’Apple « mobilise tous les moyens disponibles pour mettre fin à la non-conformité » et a prévenu qu’en cas d’inaction, les iPhone 12 déjà vendus aux consommateurs seraient rappelés.

Apple a déclaré qu’elle coopérait avec le régulateur et a présenté plusieurs résultats de tests internes et indépendants montrant que les appareils étaient conformes à toutes les réglementations mondiales en matière de DAS et de normes de sécurité. La société publie les valeurs de DAS de ses appareils sur son site, y compris pour l’iPhone 12.

Dans plusieurs pays, les régulateurs fixent différentes limites quant à la quantité de radiation électromagnétique que les téléphones portables peuvent émettre afin de prévenir les effets néfastes sur la santé. Les téléphones sont testés pour vérifier leur conformité en les réglant artificiellement à leur puissance d’émission maximale pour les différentes radios qu’ils contiennent, avec une mesure de sortie effectuée lors de nombreux tests simulant le fait de tenir le téléphone dans la main ou dans une poche de pantalon, dans un sac ou une veste, ainsi que près de la tête lors des appels. Les résultats montrent la limite supérieure que le téléphone peut atteindre dans des conditions d’utilisation extrêmes, et ne sont pas indicatifs d’une utilisation typique.

L’Organisation mondiale de la santé déclare sur son site internet qu’après de nombreuses études, « aucun effet néfaste sur la santé n’a été établi comme étant causé par l’utilisation d’un téléphone portable ».

Jean-Noel Barrot, le secrétaire d’État français chargé de l’économie numérique, a déclaré qu’une mise à jour logicielle serait suffisante pour résoudre les problèmes de radiation liés au téléphone. Il a déclaré au quotidien Le Parisien lors d’une interview tard mardi soir : « On attend d’Apple une réponse sous quinze jours. À défaut, je suis prêt à ordonner le rappel de tous les iPhone 12 en circulation. La règle est la même pour tout le monde, y compris pour les géants du numérique ».

L’ANFR a déclaré : « Si Apple choisit de mettre à jour ses téléphones, cela sera vérifié par l’ANFR ». Le régulateur français transmettra maintenant ses conclusions aux régulateurs des autres États membres de l’UE, ce qui « pourrait entraîner un effet boule de neige », selon Barrot.

Apple ne détaille pas ses ventes par pays ou modèle, mais ses revenus déclarés et les estimations des analystes placent l’Europe comme la deuxième région de l’entreprise en termes de ventes, derrière les Amériques.

La nouvelle de l’interdiction de vente est tombée alors qu’Apple annonçait ses derniers modèles d’iPhone 15, qui adoptent le connecteur de charge USB-C universel en remplacement des connecteurs propriétaires Lightning de l’entreprise. Il s’agit d’un changement imposé par les nouvelles réglementations européennes en matière de chargeur commun qui entreront en vigueur à la fin de l’année, ce qui fera de l’USB-C le connecteur commun à tous les dispositifs électroniques grand public, laissant l’iPhone comme l’un des derniers réfractaires.

L’UE espère que cette norme universelle permettra aux consommateurs d’économiser de l’argent et réduira les déchets électroniques générés par la nécessité d’acheter des chargeurs et des câbles séparés pour différents appareils électroniques.

    Points importants :
  • Apple risque une interdiction de vente et un rappel de l’iPhone 12 en France.
  • L’ANFR affirme que le modèle dépasse les limites d’exposition aux radiofréquences.
  • Apple conteste les tests de l’ANFR et affirme que l’iPhone 12 est conforme aux normes mondiales.
  • L’ANFR envoie des agents pour vérifier que l’iPhone 12 n’est plus vendu.
  • Apple coopère avec le régulateur et présente des résultats de tests internes et indépendants.
  • Les régulateurs de plusieurs pays fixent des limites d’émission de radiation électromagnétique.
  • L’Organisation mondiale de la santé affirme qu’aucun effet néfaste sur la santé n’a été établi.
  • Un responsable français déclare qu’une mise à jour logicielle pourrait résoudre les problèmes de radiation.
  • L’ANFR transmettra ses conclusions aux régulateurs de l’UE, ce qui pourrait avoir des répercussions.
  • Apple ne divulgue pas les ventes par pays ou modèle, mais l’Europe est une importante région de vente pour l’entreprise.
  • Apple lance les nouveaux modèles d’iPhone 15 avec un connecteur de charge USB-C.
  • Les nouvelles réglementations de l’UE imposent l’utilisation du connecteur USB-C pour tous les appareils électroniques grand public.