la délicate enquête autour du premier cas connu à Wuhan › Geeky News - 1

Qui a été la première personne infectée par Sars-CoV-2 ? La question hante et divise les scientifiques depuis le début de la pandémie fin 2019. Et les indices sont minces. Jusqu’à présent, le premier cas documenté était un homme nommé Chen. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce quadragénaire, originaire de Wuhan, avait officiellement contracté le nouveau coronavirus le 8 décembre 2019. Comment et où l’a-t-il obtenu ? Personne ne sait. Dans son rapport sur la genèse de la pandémie publié en mars, l’OMS donne quelques précisions sur ce patient, baptisé « S01 » : il est comptable et n’a pas voyagé avant son infection. De plus, il n’a pas fréquenté le marché de Huanan – considéré aujourd’hui comme le lieu de super propagation de l’épidémie -, mais un supermarché moderne appelé RT-Mart, situé de l’autre côté du fleuve Yangzi, qui traverse la ville en eux. .

Un article d’un scientifique de premier plan, le virologue Michael Worobey, publié jeudi dans la prestigieuse revue Science remet en cause cette version. Selon lui, le mystérieux M. Chen n’est pas tombé malade le 8 décembre, comme le prétend l’organisation onusienne, mais le 16 décembre. Une déduction faite à partir d’une interview vidéo retrouvée, d’un cas décrit dans un article scientifique, et d’un dossier médical hospitalier qui correspondent à cet homme de 41 ans. En repoussant de huit jours la date de l’infection de cet homme, le premier cas connu de Covid-19 serait donc une vendeuse travaillant au marché aux animaux de Wuhan qui est tombée malade le 11 décembre. Interrogé par le New York Times, le chercheur Peter Daszak, un fervent défenseur de la thèse d’origine animale du virus et qui figurait parmi les experts envoyés par l’OMS à Wuhan en janvier 2021, a reconnu que « la date du 8 décembre était une erreur ».

Les indices déjà transmis dans nos colonnes jettent le doute sur le premier cas documenté. Dans son rapport, l’OMS a fourni l’identifiant génétique de S01 : EPI_ISL_403928. Une sorte de code-barres spécifique pour chaque échantillon de sang analysé. Or, cette série de chiffres correspond dans les bases de données chinoises à un employé de marché de 61 ans à Huanan qui est tombé malade le 20 décembre 2019. Le profil de Chen correspond plus à un autre identifiant génétique mais, là encore, il y avait un hic. Selon les données partagées par Pékin, ce suspect n°1 était officiellement tombé malade le 16 décembre, et non le 8. Compte tenu de ces inexactitudes, l’OMS a reconnu en juillet des « erreurs d’édition » dans le rapport conjoint avec la Chine du mois de mars dernier, et a modifié le code du patient S01, qui s’appelle désormais EPI_ISL_403930. Une légère correction qui ne risque pas d’accélérer la recherche du fameux patient zéro, mais qui en dit long sur l’efficacité de l’enquête sur l’origine de la pandémie et les obstacles incessants soulevés par Pékin.

Offre limitée. 2 mois pour 1 € sans engagement

La thèse animale renforcée

Affirmer que M. Chen n’est plus le premier patient connu n’est pas neutre, car cela a contribué à mettre en évidence la thèse d’une fuite de laboratoire comme origine du Covid-19. D’autant plus qu’il n’avait aucun lien avec le marché de Huanan. Pour le virologue Michael Worobey, cette découverte, ainsi que l’analyse des premiers cas de Covid-19 dans la ville, font clairement pencher la balance vers une origine animale du virus. Le débat fait rage depuis le début de la pandémie parmi les experts, qui cherchent toujours deux ans plus tard à percer le mystère de l’origine du virus, en l’absence de preuves définitives. Michael Worobey lui-même était l’un des 15 experts qui ont publié un article dans la revue Science à la mi-mai demandant un examen sérieux de l’hypothèse d’une fuite de laboratoire à Wuhan. Il écrit aujourd’hui que ses recherches « fournissent des preuves solides d’une origine animale vivante de la pandémie » de ce marché.

L’une des critiques de cette théorie reposait sur l’argument suivant : depuis que les autorités sanitaires ont alerté sur des cas de maladie suspecte liés au marché au 30 décembre 2019, un biais s’est introduit qui a conduit à y identifier plus de cas que ailleurs, en attirant l’attention sur elle. Pour contourner ce biais, Michael Worobey a analysé les cas signalés par deux hôpitaux avant le déclenchement de l’alerte. Cependant, ces cas sont également étroitement liés au marché, et ceux qui ne le sont pas sont géographiquement concentrés autour de celui-ci. « Dans cette ville de 11 millions d’habitants, la moitié des premiers cas sont liés à un endroit de la taille d’un terrain de football », a déclaré Michael Worobey, interrogé par le New York Times. « Il devient très difficile d’expliquer cette tendance si l’épidémie n’a pas démarré sur ce marché. »

De Wuhan à Paris

Rencontrerons-nous un jour la première personne infectée par le Sars-CoV-2 ? « On ne peut pas dire avec certitude qui est le ‘patient zéro’, déplore L’Express, Lawrence Gostin, professeur de droit de la santé mondiale à l’université de Georgetown à Washington. Il est très probable qu’il vienne de Chine, mais non, ce n’est pas prouvé. « . Malgré l’intense désir de comprendre les origines de ce virus, il n’est pas surprenant que des zones d’ombre persistent. Selon des experts en phylogénétique, discipline qui étudie les souches virales pour en reconstituer l’origine, l’épidémie mondiale de SRAS-CoV-2 est apparue chez l’homme entre fin août et début décembre. Problème : alors qu’en juin, Gao Fu, directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré que le système de surveillance médicale centralisé permet à Pékin d’être au courant d’une nouvelle maladie en seulement six heures, ce qui passe ici complètement inaperçu. Les cas connus les plus anciens, découverts rétrospectivement par analyse d’archives de radiographies pulmonaires, ont été hospitalisés le 16 novembre à Colmar en France et le 17 novembre dans la région du Hubei en Chine, bien que ces analyses ex post, sans analyse sérologique, n’aient pas été autorisées. certifier à 100 % qu’ils sont malades du Covid-19.

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

En France, une équipe de l’Inserm a ainsi découvert a posteriori des anticorps contre le Covid-19 dans 13 échantillons de sang prélevés entre novembre 2019 et janvier 2020. Pour Marie Zins, directrice scientifique du projet, cette étude « montre que le virus circulait en Europe à cet instant. Du temps », peut-être de manière moins agressive, mais « cela ne veut pas dire qu’il était originaire d’Europe. « Ce que nous savons, poursuit-il, c’est que chaque fois que nous avons eu accès à des échantillons viraux de patients atteints de la maladie telle que nous la connaissons, c’était le virus de Wuhan. » Connaîtra-t-on un jour la fin de l’histoire ? La tâche, sans aucun doute, sera délicate mais essentielle.

Avis (2)

Chronique

CRÉDIT : LAURA ACQUAVIVAChristophe donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du conseil scientifique et évaluateur de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).Par Robin Rivaton

Journal d’un libéral

"Si de nombreux économistes prestigieux ont raison lorsquPar Alain Madelin

Chronique

« La diabolisation nAbnoussé shalmani

Script PHP, Elementor Pro Weadown, Thème WordPress, Fs Poster Plugin Nulled, Journal – Thème WordPress News & WooCommerce, Wordfence Premium Nulled, Dokan Pro Nulled, Plugins, Elementor Pro Weadown, Astra Pro Nulled, Premium Addons for Elementor, Yoast Nulled, Flatsome Annulé, Annonce de produit personnalisé Woocommerce, Wpml Nulled, Thème Woodmart Nulled, Cartes-cadeaux PW WooCommerce Pro Nulled, Avada 7.4 Nulled, Journal 11.2, Jannah Nulled, Jnews 8.1.0 Nulled, WP Reset Pro, Woodmart Theme Nulled, Business Consulting Nulled, Rank Math Seo Pro Weadown, Slider Revolution Nulled, Consulting 6.1.4 Nulled, WeaPlay, Nulledfire