La France et l’Allemagne vont investir conjointement 2,1 millions d’euros (1,8 million de livres sterling) pour poursuivre la recherche sur la provenance des objets du patrimoine africain dans les collections de leurs musées nationaux, ce qui pourrait préparer le terrain pour leur éventuel retour.

Un fonds de trois ans, avec des contributions de 360 000 euros par an de chaque pays, a été lancé à Berlin vendredi. Il a été désigné pour financer la recherche sur des objets de toute la région de l’Afrique subsaharienne, bien que la priorité soit donnée aux pays qui ont été colonisés par la France et l’Allemagne, tels que le Togo et le Cameroun.

Ce fonds expérimental est destiné à financer la recherche sur des objets provenant de pays d’Afrique subsaharienne ayant fait l’objet d’une colonisation française et allemande.

Julie Sissia, chercheuse au Centre Marc Bloch, a déclaré : « Nous le lançons avec des critères les plus larges possible, afin que les petites comme les plus grandes projets puissent postuler. » La seule condition était que les projets soient dirigés par des équipes franco-allemandes issues du monde universitaire et des musées, a-t-elle ajouté.

Emmanuel Macron avait déclaré en 2017 qu’il « ferait tout son possible » pour restituer une partie du patrimoine culturel africain pillé par la France coloniale, lançant ainsi un débat en Europe sur le retour des objets du patrimoine africain.

  • Investissement de 2,1 millions d’euros par la France et l’Allemagne pour la recherche sur la provenance du patrimoine africain dans les musées nationaux.
  • Le fonds devrait financer la recherche sur des objets de l’Afrique subsaharienne, avec une priorité pour les pays colonisés par la France et l’Allemagne.