Découverte de restes de chevaux enterrés il y a 2 000 ans en France centrale - 1

Des archéologues français ont découvert neuf grandes tombes contenant les restes de chevaux datant de jusqu’à 2 000 ans, dans une trouvaille qualifiée d’“extraordinaire”.

Les 28 étalons, tous âgés d’environ six ans, avaient été enterrés peu de temps après leur mort, chacun placé dans des fosses sur leur côté droit avec la tête orientée vers le sud. À proximité, une tombe contenait les restes de deux chiens, la tête tournée vers l’ouest.

Les experts de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) en France, affirment que la datation au carbone place les restes à l’époque des guerres gauloises, vers la fin de la conquête romaine de ce qui était alors la Gaule et le début de l’empire de Rome antique entre 100 av. J.-C. et 100 apr. J.-C.

Ils examinent les os pour essayer de déterminer si les animaux ont été enterrés après avoir été tués au combat ou dans le cadre d’un rituel complexe. Un épisode de maladie animale a été jugé peu probable car seuls des chevaux mâles adultes ont été enterrés, mais les restes sont examinés pour détecter la présence de parasites.

La découverte est survenue alors que des archéologues fouillaient un site du 5e au 6e siècle à Villedieu-sur-Indre, en France centrale, où des bâtiments, des fossés et une route médiévale ont également été découverts. La première fosse découverte contenait 10 squelettes de chevaux complets. Les animaux, mesurant seulement 1,2 mètre, ce qui était dit être typique des chevaux gaulois de l’époque, avaient été soigneusement placés deux par deux en deux rangées.

  • Neuf tombes de chevaux datant de jusqu’à 2 000 ans découvertes en France.
  • Les chevaux étaient enterrés avec soin, orientés vers le sud.
  • Les fouilles révèlent des éléments datant de l’époque des guerres gauloises.
  • Les chercheurs examinent les restes pour déterminer s’ils ont été tués au combat ou enterrés lors d’un rituel.

La mise en scène de l’enterrement est similaire à des découvertes antérieures ailleurs en France. À Gondole dans le Puy-de-Dôme en 2002, des archéologues ont découvert une tombe rectangulaire contenant les corps de huit guerriers de l’âge du fer et de leurs chevaux dans ce qui semblait être un enterrement celtique. Les hommes étaient tous couchés sur leur côté droit. Les historiens pensent qu’ils auraient pu être les compagnons guerriers d’un roi celte qui se seraient suicidés après sa mort violente.

Isabelle Pichon, responsable de l’opération archéologique pour l’Inrap, a déclaré que la dernière découverte était “extraordinaire… mais un mystère.

“Nous pensons que du fait de l’endroit où ils ont été enterrés, ils étaient liés aux guerres gauloises menées par Jules César au 1er siècle av. J.-C., mais ce n’est encore qu’une théorie,” a-t-elle déclaré. “Nous savons qu’il y a eu une bataille importante et que l’armée romaine est passée non loin d’ici, mais nous avons si peu de preuves et jusqu’à présent nous n’avons rien trouvé qui indique comment ils sont morts. Cependant, nous ne pouvons exclure qu’il s’agissait d’un enterrement rituel, même s’il n’y avait aucun objet enterré avec les chevaux.”

  • Les chercheurs prévoient de prélever des échantillons d’ADN sur les os pour obtenir des réponses.
  • La rareté de ces découvertes rend celle-ci extraordinaire mais mystérieuse.
  • Les chevaux ont été traités avec soin et respect lors de leur enterrement.

“C’est une découverte extraordinaire en raison de la rareté de telles trouvailles, mais c’est un mystère. Ce que nous savons, c’est que ces chevaux ont été enterrés avec une attention particulière. Ils n’ont pas été simplement jetés dans la fosse, ils ont donc été traités avec soin et respect,” a-t-elle ajouté.