La saison inhabituelle des festivals d’automne de cette année, presque entièrement dépourvue de stars et de certains titres importants, se poursuit avec une ouverture discrète à Toronto, un tapis rouge déroulé mais laissé pratiquement inexploré. Il était aussi discret à l’intérieur qu’à l’extérieur pour la première de North Star, un drame familial plutôt décevant qui marque les débuts de Kristin Scott Thomas en tant que réalisatrice. Kristin Scott Thomas est une actrice que l’on ne voit jamais assez devant la caméra, mais qui n’a pas encore prouvé tout son talent derrière celle-ci, son film ne méritant jamais plus qu’un haussement d’épaules.

Non pas que son histoire modeste de retrouvailles entre sœurs pour le mariage de leur mère ait jamais été destinée à nous captiver – elle est bien trop douce pour cela – mais elle devrait au moins être accompagnée de beaucoup plus de charme ou de caractère, quelque chose que peu importe combien de plans de campagne anglaise idélique ne peuvent réparer. En utilisant un élément clé de sa propre histoire familiale ainsi que le ton de son ancien collègue Richard Curtis, Scott Thomas s’est présentée comme une réalisatrice plutôt compétente mais comme une scénariste avec des leçons importantes à apprendre. Co-écrit avec le journaliste John Micklethwait, North Star est un film qui se retrouve souvent avec une idée intéressante ou stimulante, pour ensuite l’abandonner ou la remplacer par quelque chose de plus terne. C’est un soap opéra atténué avec des stars qui savent et peuvent faire mieux.

Scarlett Johansson joue une capitaine de marine récemment promue, essayant de concilier un travail exigeant avec son rôle de mère et de compagne de la petite amie frustrée de Freida Pinto, Sienna Miller joue une star d’Hollywood, incapable de maintenir un mariage ou une relation à long terme et Emily Beecham joue une infirmière travailleuse qui soupçonne que son mari grossier et brutal la trompe. Elles sont réunies dans leur maison familiale pour célébrer le troisième mariage de leur mère, jouée par Scott Thomas, une réunion qui les amène toutes à réfléchir sur les raisons et les façons d’où se trouve leur vie. Le détail clé qui provient de la vie de Scott Thomas est qu’elle a perdu à la fois son père et son beau-père au combat et dans le film, cela pèse lourdement sur le personnage de Johansson, la perte la hantant à la fois lorsqu’elle revient à la maison et lorsqu’elle prend un poste qui rend hommage à leurs héritages.

Mais dans sa seule grande audace stylistique en tant que réalisatrice, Scott Thomas décide d’animer les souvenirs de Johansson, une décision terriblement guimauve et inefficace qui enlève tout pouvoir émotionnel à ses flashbacks. On pourrait faire valoir que les séjours mignons à la Raymond Briggs sont censés montrer comment la mémoire peut être fardée de rose et injustement genrée (l’une des demi-idées les plus séduisantes du film), mais elles sont déconcertantes et cela n’est pas aidé par le fait que Johansson soit le maillon le plus faible des trois, luttant avec un accent anglais maladroit et confondant rigidité et stoïcisme. Miller et Beecham sont toutes deux excellentes, la livraison comique de la première élevant une partie de son dialogue banal et la seconde nous convainquant presque qu’elle joue une personne réelle, même lorsque le scénario l’entraîne dans des détours ridiculement improbables.

Nous ne sommes jamais tout à fait sûrs de prendre North Star au sérieux, soit comme un drame familial ancré, soit comme une sitcom farfelue, ponctuée de moments de comédie absurdement caricaturaux (une sous-intrigue stupide impliquant un détective essayant de piéger un tricheur culmine avec une révélation étrangement grivoise) qui émoussent l’impact des scènes plus graves et plus bavardes (un équilibre tonal que Curtis réussissait si aisément). Le film ne parvient jamais vraiment à exprimer l’histoire longue et vécue de la dynamique entre frères et sœurs avec des détails précis réduits à un minimum et ne coupant jamais aussi près de l’os qu’il le devrait, et lorsque le conflit bruyant arrive dans le dernier acte, il est déclenché par une révélation déconcertante mais insignifiante qui explique difficilement l’incendie de la maison. Il y a une scène bien plus convaincante ensuite, avec Scott Thomas se donnant un monologue plein de nuances et de réflexion, bien plus que tout le film précédent, mais c’est trop peu, trop tard, un aperçu frustrant de ce que cela aurait pu devenir s’il avait été réalisé avec une idée plus claire de ce qu’il essaie d’être.

Dans la mer trouble des premières réalisations de réalisateurs acteurs établis, il y a eu des tentatives bien pires que North Star, mais il est tout simplement trop insubstantiel pour être considéré autrement que comme une note de bas de page et certainement pas suffisant pour justifier un changement de carrière radical.

  • La saison des festivals d’automne de cette année est inhabituelle
  • Toronto a donné le coup d’envoi avec une première discrète
  • North Star est le premier film réalisé par Kristin Scott Thomas, une actrice connue
  • Le film est un drame familial décevant
  • Il met en scène des stars telles que Scarlett Johansson, Sienna Miller et Emily Beecham
  • Il aborde les retrouvailles de sœurs pour le mariage de leur mère, tout en explorant leurs réflexions sur leur propre vie
  • Il souffre de choix stylistiques malavisés et de personnages peu développés
  • Le film ne parvient pas à équilibrer le ton entre le drame familial et la comédie absurde
  • Il manque de profondeur dans sa représentation des relations familiales
  • Le film est considéré comme insubstantiel et ne justifie pas de changement de carrière radical