Des choses étranges continuent de se produire ces jours-ci, médite Jiang Ziya (Bo Huang) à mi-chemin de cette adaptation extravagante du roman mythique et fantastique d’Xu Zhonglin du 16e siècle, Investiture of the Gods. À ce stade, nous avons déjà vu une femme se suicider avec une épingle à chapeau avant d’être possédée par l’esprit d’un renard blanc ; un bébé démon gargouillant et de couleur pistache est retrouvé nu dans les bois ; et un prestidigitateur qui peut faire flotter sa tête hors de son corps lorsqu’il est menacé de décapitation. Des jours étranges en effet.

Ziya fait partie des trois immortels envoyés pour arrêter la Grande Malédiction qui menace l’avenir de la dynastie Shang. Le roi Zhou (Kris Phillips) est épris de la séduisante mais malveillante Su Daji (Naran) et laisse son royaume sombrer dans le carnage. Le seul espoir réside dans le Fengshen Bang, un artefact que Ziya lui présente dans le but d’investir une nouvelle génération de dieux et de mettre fin à la malédiction. Le problème, c’est que le roi est trop névrosé pour l’utiliser judicieusement ; apprenant qu’il fonctionne avec l’énergie des âmes humaines, il tue calmement l’un de ses propres sujets pour recharger sa puissance. Ziya le saisit et s’enfuit en pleine nature, poursuivi par le prince Yin Jiao (Luke Chen), avec des dieux et des armées semant le chaos tout autour d’eux.

  • Une femme se suicide avec une épingle à chapeau et est possédée par un renard blanc
  • Un bébé démon de couleur pistache est retrouvé nu dans les bois
  • Un prestidigitateur peut faire flotter sa tête hors de son corps
  • Ziya présente le Fengshen Bang au roi Zhou
  • Le roi tue l’un de ses sujets pour alimenter l’artefact avec l’énergie des âmes humaines
  • Ziya s’enfuit avec le Fengshen Bang, poursuivi par le prince Yin Jiao
  • Ce film est une adaptation du roman mythique d’Xu Zhonglin
  • Le réalisateur a consulté Peter Jackson pour ce projet
  • La musique du film est empreinte de grandeur mais n’est pas à la hauteur
  • L’actrice Yafan Wu brille dans son rôle de Ne Zha

Il ne fait aucun doute que le réalisateur/co-scénariste Wuershan a de l’ambition, lui qui a consulté Peter Jackson avant de réaliser cette trilogie épique (les parties II et III arrivent bientôt). James Schamus, co-scénariste de Tigre et Dragon, est également crédité en tant que consultant en scénario. Cela n’a pas empêché un excès déplorable d’effets visuels extrêmement variables ainsi qu’une bande-son indistincte et prétendument envoûtante qui recouvre virtuellement chaque scène. Heureusement, il y a suffisamment d’originalité pour le distinguer non seulement des films de super-héros américains, mais aussi des adaptations précédentes de la même histoire (notamment une adaptation kitsch et caricaturale en 2016, League of Gods, avec Jet Li). La MVP incontestée est Ne Zha (Yafan Wu), une enfant immortelle qui envoie des cerceaux de feu tournoyer à partir de ses pieds et qui fait preuve de la dextérité avec des rubans qui en ferait une véritable attraction autour de n’importe quel mât de mai. Donnez à cette fille son propre film.

Création des Dieux I : Royaume des Tempêtes sort le 22 septembre dans les cinémas du Royaume-Uni et d’Irlande.