Le désastre de la rupture du barrage de Mariana en 2015 a été l’une des pires catastrophes environnementales de l’histoire brésilienne, laissant des centaines de résidents du district de Bento Rodrigues déplacés. Le documentaire intime capture l’ampleur et les horreurs de l’événement catastrophique, en montrant les vagues de boue engloutissant d’innombrables maisons dans des images bouleversantes filmées avec un téléphone portable. La destruction laissée dans son sillage est non seulement matérielle, mais aussi psychologique.

Restant proche de Marlon, un habitant charismatique, le film d’Aline Lata et Helena Wolfenson capture le lien émouvant de Marlon avec sa maison ancestrale – désormais en ruines recouvertes de sédiments – ainsi que le magnifique paysage de Bento Rodrigues. Cependant, la richesse en ressources naturelles s’est avérée être une malédiction. Le barrage était exploité par Samarco, une entreprise minière appartenant à Vale et BHP Billiton, qui avait précédemment assuré aux habitants la sécurité de la structure. En revenant sur les lieux de son enfance chérie, Marlon blâme l’extraction excessive de minerai de fer comme cause de l’effondrement, tandis que des bruits d’explosion se font entendre en arrière-plan. La cacophonie ressemble à une horloge qui tic à nouveau vers une autre catastrophe. En effet, la tragédie a frappé à nouveau en 2019, lorsque la rupture du barrage de Brumadinho a entraîné près de 300 décès.

  • Le désastre de Mariana
  • Le lien émotionnel de Marlon avec sa maison
  • La responsabilité de l’entreprise minière dans le désastre
  • La rupture du barrage de Brumadinho en 2019
  • Les effets émotionnels sur les habitants

S’il y a une faiblesse ici, c’est que les contextes politiques et législatifs plus larges entourant l’extraction de minéraux précieux au Brésil auraient pu mériter une discussion plus critique. Néanmoins, l’effet émotionnel est immense, surtout lors de la séquence finale. En défiance ouverte de la surveillance menée par Samarco ainsi que de la police locale, d’anciens résidents de Bento Rodrigues retournent dans la région le week-end, se rassemblant pour des barbecues et des chants de protestation. La crue a peut-être emporté leurs biens, mais pas leur esprit combatif.

The Safest Place in the World est disponible le 8 décembre sur True Story