Surpris par Oxford : Un film d’amour aux accents de foi basé sur une histoire vraie

Ce film raconte une histoire vraie, mais cela ne lui donne en rien l’aspect réaliste d’un drame romantique basé sur la foi. Il s’inspire des mémoires de l’auteure américaine et universitaire Carolyn Weber, qui a vécu à Oxford et a obtenu une bourse complète pour rédiger une thèse sur les Romantiques. J’ai eu ce sentiment au plus profond de mon estomac après une dizaine de minutes, quand il est apparu évident que la « surprise » était sa découverte de Dieu.

Réalisé par Ryan Whitaker, ce film s’inscrit parfaitement dans les conventions du drame chrétien : une inspiration fade accompagnée d’une interprétation qui manque de profondeur, à l’exception de personnages excentriques incroyablement peu subtils, interprétés de manière théâtrale par des acteurs tels que Simon Callow. (Je me suis même demandé si l’équipe n’avait pas rencontré Callow par hasard dans la rue et l’avait traîné jusqu’au plateau.)

Rose Reid incarne le personnage de Caro, une étudiante américaine brillante et travailleuse qui arrive à l’Université fictive de Tirian grâce à une bourse complète. Des flashbacks sur son enfance mettent en lumière la détermination et l’ambition de Caro. Dans le présent, nous découvrons un Oxford pour les étrangers : des pintes, des traditions britanniques délirantes, des merveilles architecturales, même un policier à cheval lui proposant de la raccompagner aux petites heures du matin.

Au cours de ses premières semaines, Caro, agnostique avec des tendances athées, rencontre Kent, un autre étudiant américain aux cheveux ébouriffés, fervent chrétien qui prévoit de rester chaste jusqu’au mariage. Leur relation, parsemée de doutes et de débats sur la foi, est d’un ennui mortel (et se contente de la classification U). Le débat intellectuel entre eux sur la nature de la foi, évoquant les mémoires de CS Lewis sur sa conversion au christianisme, « Surpris par la Joie », est encore plus terne. Comme beaucoup de films à caractère religieux, cela m’a rappelé les membres du Parti Socialiste vendant des journaux dans la rue : l’objectif est de convertir les gens, mais cela ressemble surtout à une discussion entre eux.

Surpris par Oxford sera diffusé les 27 septembre et 1er octobre dans les cinémas britanniques.