A la découverte d’un nouveau film d’animation adapté du roman graphique autobiographique « Seconde Génération » de Michel Kichka, qui explore l’héritage de l’Holocauste d’un angle quelque peu différent. Le père de Kichka, Henri, a survécu à Auschwitz, mais quand l’histoire commence à la fin des années 1950-début des années 1960, Henri est un personnage renfermé qui garde son passé et ses souvenirs verrouillés et non partagés avec ses cinq enfants.

Kichka, raconté par la voix de Michel jeune, ne comprend pas vraiment ce qui s’est passé pendant la guerre, si ce n’est que c’était quelque chose de terrible dont son père refuse de parler. Cependant, lorsque le procès d’Adolf Eichmann est diffusé à la télévision et devient un événement essentiel pour toutes les familles juives du quartier, Michel et son frère Charlie commencent à s’intéresser davantage à l’histoire de leur père.

Malheureusement, la famille doit faire face à des actes d’antisémitisme subtils et ouverts, ce qui pousse Michel à prendre conscience de l’importance de l’histoire de son père. Lui-même prend de plus en plus de responsabilités en tant que conférencier sur le sujet de l’Holocauste, apparaissant à la télévision et guidant des visiteurs dans les camps.

Le film, avec un style graphique simplifié, semble destiné en partie comme un outil pédagogique pour les enfants du même âge que ceux du film, ainsi que pour susciter des discussions sur l’Holocauste. Cependant, il s’agit également d’une histoire sur des personnes spécifiques avec leurs dynamiques familiales particulières et des souffrances uniques. Soyez prêt pour un tournant tragique vers la fin, qui pourrait troubler les plus jeunes spectateurs, mais rend ce film plus intéressant qu’il n’y paraît au premier abord.

Le film « Les Secrets de mon père » sort le 27 novembre sur les plateformes numériques.