Un film iranien émouvant bravant la répression pour sa première à Berlin

Alors que la crise au Moyen-Orient et l’extrême droite en Ukraine viennent perturber le festival du film de Berlin, il en est un qui attire l’attention. « My Favourite Cake », un film doux et drôle aurait dû être présenté par ses réalisateurs, Maryam Moghaddam et Behtash Sanaeeha, mais le gouvernement iranien les en a empêchés. Il semble que la police tente de réprimer le film depuis sa sortie il y a six mois, lorsqu’elle a perquisitionné leurs bureaux de production et saisi leurs équipements, mais a échoué à trouver le film lui-même. Ce long-métrage dénonce avec subtilité cette répression maladroite, faisant naître un débat sur le potentiel des régimes répressifs pour favoriser la créativité artistique.

Dans « My Favourite Cake », une scène en particulier semble avoir fâché les autorités iraniennes : celle où la police de la moralité fait irruption dans un parc de Téhéran pour intimider les jeunes femmes qui portent leur voile de manière jugée insuffisamment modeste. Le personnage principal, Mahin, confronte ces intimidateurs et vient en aide à une femme. Son histoire est une méditation sur l’amour, la perte, la solitude et la vieillesse, offrant une réflexion sur la condition des veuves. Mahin, elle-même veuve, cherche de la compagnie à son âge.

L’histoire se poursuit avec la rencontre de Mahin et Faramarz, un homme modeste et aimable du même âge. Leur moment ensemble est rempli d’émotion et semble être le résultat de pensées et de sentiments accumulés depuis la perte de leur conjoint. En somme, un film touchant, amené à être présenté au festival du film de Berlin.

Le film « My Favourite Cake » a été sélectionné pour le festival du film de Berlin.