Un drame post-apocalyptique de survie, une démonstration en temps réel de l’effondrement de la loi et de l’ordre. Le film met en scène une vision perturbante, crédible et immédiate de la normalisation sombre de la société suite à la catastrophe et à la perte, mais n’exclut pas une forme de renaissance.

Points importants du film :

  • Survie dans un monde post-apocalyptique britannique
  • Influences de la télévision britannique des années 70
  • Thématiques actuelles liées au changement climatique
  • Interprétation remarquable de Jodie Comer
  • Réflexion sur la notion de survie et d’adaptation
  • Sortie prévue en janvier au Royaume-Uni

Ce film se démarque des autres exemples du genre apocalyptique par sa vision britannique unique, avec une population largement désarmée. Réalisé par Mahalia Belo, ce récit explore la normalisation sombre de la société après une catastrophe, tout en s’inspirant de la série télévisée Survivors des années 70. Le film aborde de manière frappante les effets concrets du changement climatique, mettant en lumière la réalité des incendies et inondations.

Jodie Comer incarne une jeune femme enceinte vivant à Londres, résiliente et soutenue par son partenaire joué par Joel Fry. Le film débute avec une ironie noire alors que sa grossesse se complique au même moment que la pluie torrentielle se transforme en catastrophe. Accoucher dans un hôpital en crise et rentrer chez elle à travers des rues en émeute ne semble pas perturber la jeune femme.

Ce long métrage mêle histoire de survie, quête, et performances de haut niveau pour garder un impact émotionnel intense. La vulnérabilité, l’idéalisme et la détermination de Comer sont captivants, tout comme sa force et son style authentiques.

Le film « The End We Start From » sortira le 19 janvier dans les cinémas du Royaume-Uni, une sortie en Australie reste à confirmer.