Un road-movie soviétique : Bratan, un premier film prometteur

Sorti en 1991, ce film de Bakhtyar Khudojnazarov, réalisateur tadjik-russe, possède une fraîcheur et une douceur merveilleuses, rappelant les premiers films de Truffaut. Plus tard dans les années 90, Khudojnazarov acquiert une renommée internationale avec ses comédies Kosh Ba Kosh et Luna Papa. Bratan ou « Petit frère » est en réalité son premier film, réalisé alors qu’il n’avait que 26 ans. Tourné en monochrome séduisant et lumineux, il s’agit d’un road-movie, ou plutôt d’un rail-movie, qui utilise apparemment des personnes et des lieux non professionnels trouvés en chemin, lui donnant ainsi un aspect quasi-documentaire.

Les points importants du film :

  • Un road-movie qui se déroule en Union soviétique dans les années 90
  • Réalisé par Bakhtyar Khudojnazarov, un réalisateur tadjik-russe
  • Le premier film de Khudojnazarov, tourné à l’âge de 26 ans
  • Mise en scène en monochrome séduisant et lumineux
  • Utilisation de personnes et de lieux non professionnels pour un aspect quasi-documentaire

Le film raconte l’histoire de deux frères, Farukh (Firus Sasaliyev) âgé d’environ 16 ans, et Azamat, surnommé « Pancake » (Timur Tursunov), âgé de neuf ou dix ans, qui vivent avec leur grand-mère dans une ville isolée du Tadjikistan. Farukh semble se diriger vers la petite délinquance : lui et ses amis ont un curieux travail, ils jettent des paquets de vodka par-dessus les murs de la prison de la ville pour le plaisir des détenus. Mais Farukh a un plan : lui et Pancake vont sauter à bord d’un train de marchandises délabré, conduit par leur ami « Oncle » Nabi, et parcourir des centaines de miles pour retrouver leur père qui est devenu un médecin prospère.

La grande question est de savoir si leur père sera aussi ravi de les voir que l’espère Farukh. Ce film est avant tout un voyage, et non une destination finale. Khudojnazarov enchante le spectateur avec de magnifiques scènes et vignettes : à un moment donné, le train défie un tracteur pour une course le long de la route parallèle aux rails, et il y a une superbe image de chevaux qui galopent devant eux, comme dans un rêve. « Oncle » le conducteur est un personnage pittoresque, ramassant diverses personnes et s’arrêtant dans des gares en route, apparemment en relation avec des passagères dans son wagon ; quelque chose que le petit Pancake ne peut guère comprendre alors qu’il les observe par un trou dans une planche de bois.

Les points importants du voyage des deux frères :

  • Rencontre avec divers personnages tout au long du voyage
  • Paysages pittoresques et oniriques
  • Le conducteur « Oncle » est un personnage haut en couleur
  • Révélation sur les véritables motivations de Farukh

Et puis il y a la terrible vérité sur les motivations de Farukh pour rendre visite à son père. Serait-il possible que le fils, tout comme le père, aspire à échapper aux responsabilités familiales liées aux enfants ? Une belle histoire humaine.

Bratan est disponible à partir du 12 septembre sur Klassiki.