Le camp de théâtre – Une comédie charmante et drôle qui se déroule dans un camp de théâtre dans le nord de l’État de New York.

Le film « Le camp de théâtre » de Molly Gordon et Nick Lieberman regorge de mauvais acteurs, mais d’une bonne manière. Situé de manière étonnante dans un camp de théâtre dans le nord de l’État de New York, ce faux documentaire est à la fois profondément charmant et très drôle.

Les acteurs Molly Gordon et Ben Platt interprètent deux professeurs qui se sont rencontrés au camp il y a plusieurs années et sont devenus les meilleurs amis. Alors que le groupe d’enfants faisant des grands gestes de jazz s’apprête à débarquer pour l’été, la propriétaire irremplaçable du camp (Amy Sedaris) est éblouie par des jeux de lumière stroboscopiques et tombe dans le coma. Cela laisse l’ensemble du fonctionnement du camp entre les mains de son fils, un informaticien texan (Jimmy Tatro), qui déclare « ne jamais avoir vraiment accroché » avec le camp, mais qui réalise tout de même qu’il est en grande difficulté financière.

Pendant qu’il tente de remettre de l’ordre dans tout ce désordre, les membres du personnel qui n’ont pas été licenciés continuent d’enseigner à leurs élèves comment devenir de véritables comédiens. Un des nombreux plaisirs du film est que les enfants semblent vraiment être des enfants, et non pas des acteurs de 24 ans portant des appareils dentaires; et ils ne sont pas arrogants. Ils se lancent tous avec une intensité désarmante dans leur métier choisi (un petit garçon se prend déjà pour un grand agent), et semblent généreusement ignorer les imperfections du camp.

Ce film est rapide, environ 90 minutes, et regorge de blagues. Molly Gordon est parfaite dans son rôle de Rebecca-Diane, l’enseignante en musique du camp. Elle se promène avec des cardigans longs et des robes ceinturées, avec un air artistique et compatissant, mais prend son travail terrifiante sérieux. « Cela va vous briser », prévient-elle les enfants pendant les répétitions de la pièce de fin de camp. « Cela va vous détruire complètement. »

Le personnage de Gordon est bien soutenu. Ayo Edebiri est sèchement drôle dans le rôle d’un homme malhonnête qui a trafiqué son CV pour obtenir un poste d’animateur d’ateliers de mimique et de combat scénique, et Nathan Lee Graham apporte une poignante inattendue dans celui d’un professeur exigeant de danse. Patti Harrison offre également une figure détestable et gratifiante en jouant une investisseuse qui veut fermer le camp. Mais le sentiment de danger ne devient jamais trop intense, ce qui est un soulagement, car cela aurait pu ternir la beauté et le cœur ensoleillés de ce film.