Le géant de la grande distribution Carrefour a annoncé qu’il cesserait de vendre des produits PepsiCo dans ses magasins de quatre pays européens. Cela est dû à la hausse considérable des prix imposée par la multinationale agroalimentaire.

A partir de jeudi, les rayons des Carrefours en France, en Italie, en Espagne et en Belgique afficheront des panneaux indiquant que le magasin ne stockera plus les produits PepsiCo tels que les boissons gazeuses, les chips Lay’s et Doritos et les céréales Quaker. Cette décision fait suite à des augmentations de prix jugées inacceptables.

Certains produits de la marque, comme les Cheetos et le 7Up, n’étaient pas disponibles dans un supermarché Carrefour de la banlieue parisienne d’Auteuil jeudi, tandis que d’autres produits, comme le Pepsi, étaient toujours en vente, à côté du panneau.

Dans un supermarché Carrefour du 16ème arrondissement de Paris, les clients ont largement applaudi cette décision. « Cela ne me surprend pas du tout », a déclaré Edith Carpentier à Reuters. « Je pense qu’il y aura beaucoup de produits laissés sur les étagères parce qu’ils sont devenus trop chers et ce sont des choses que nous pouvons éviter d’acheter. »

PepsiCo n’a pas répondu à une demande de commentaire.

La société américaine a déclaré en octobre qu’elle avait l’intention d’augmenter « modestement » ses prix cette année, alors que la demande a résisté malgré les hausses, ce qui l’a amenée à relever pour la troisième fois consécutive ses prévisions de bénéfices pour 2023.

Au cours de la dernière année, des détaillants d’alimentation de plusieurs pays, dont l’Allemagne et la Belgique, ont annoncé qu’ils avaient cessé de passer des commandes auprès d’entreprises de biens de consommation en raison de hausses de prix, une tactique de négociation rendue plus difficile en raison de l’inflation.

Carrefour a été l’un des distributeurs les plus actifs à défier les grandes entreprises de produits de consommation et agroalimentaires sur les prix. L’année dernière, le groupe français a lancé une campagne de « rétrécissement » en apposant des avertissements sur les produits qui ont rétréci mais qui coûtent plus cher.

Dans le cadre de ses efforts pour lutter contre l’inflation, le gouvernement français a demandé aux distributeurs et aux fournisseurs de conclure les négociations annuelles sur les prix en janvier, deux mois plus tôt que d’habitude.

La France se distingue en Europe par le fait qu’elle régule fortement le secteur de la distribution, obligeant les supermarchés à négocier les prix une seule fois par an avec les producteurs d’aliments et de boissons, dans le but de protéger son industrie agricole.

Les supermarchés français sont très disposés à retirer des références des rayons s’ils n’aiment pas les offres qu’ils obtiennent. Il s’agit évidemment d’un dernier recours, car personne ne gagne si les produits que les gens veulent ne sont pas disponibles sur les étagères.

  • Carrefour cesse de vendre des produits PepsiCo dans quatre pays européens
  • Les raisons de cette décision
  • La réaction des clients
  • Les efforts du gouvernement français pour lutter contre l’inflation
  • La régulation du secteur de la distribution en France